Insécurité: Des gangsters frappent à nouveau à Bouaké, près de 3 millions de F Cfa emportés

Publié le Modifié le
insecurite-des-gangsters-frappent-a-nouveau-a-bouake-pres-de-3-millions-de-f-cfa-emportes
Faits divers

Les opérateurs économiques et autres entreprises commerciales continuent d’être la cible de nombreux braquages à Bouaké. Après l'attaque de la compagnie ivoirienne du textile (Cidt), la semaine dernière, une autre structure, cette fois un entrepôt de boisson vient de subir le diktat de gangsters en armes qui ont emporté la rondelette somme de presque 3 millions de F Cfa.

Les faits, aux dires d'un responsable de la société, se sont produits dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 juillet 2018, lorsque 6 individus de noirs vêtus, tous encagoulés et armés de kalachnikov, se sont pointés devant l'entreprise "Dream Market ". Une entreprise de dépôts de boissons jouxtant les quartiers Koko et d'Ahougnassou, peu après l-ex-collège d’enseignement général (Ceg) de Koko. Là, les quidams ne perdent pas de temps pour escalader la clôture de la cours de l'entrepôt. Très vite, ils réussissent bien évidemment, sous la menace de leurs outils de travail qu'ils détiennent illégalement pour maitriser les 3 vigiles postés pour la garde.

Les 3 gardiens sont aussitôt ligotés par les visiteurs indésirables. Ces derniers tentent de s'introduire par la porte menant dans les différents bureaux. Ils défoncent quelques portes de certains bureaux, mais ne parviendront pas à  trouver le trésor pour lequel ils se sont privés de sommeil. Les vaines recherches opérées, les" faux braves" ne tariront pas d'ardeur, très entreprenants et futés dans le mal, ils optent pour une autre équation. Ayant une parfaite maitrise des lieux, ils dirigent vers l'arrière cours de l’entrepôt pour avoir accès au bureau contenant la caisse de l'entrepôt. C'est de là qu'ils réussissent à s'introduire dans ledit bureau après avoir minutieusement  arraché l'antivol et le climatiseur posé au bas de la fenêtre. A présent, seuls maîtres des lieux, les visiteurs passent au peigne fin tous les compartiments des bureaux avant de faire main basse sur la somme de plus de 2,8 millions de F Cfa emportée. Leur forfait accompli, ils descendent par un autre bureau, font voler en éclat les vitres d'une fenêtre et ne manquent pas encore de se débarrasser de l'antivol pour fondre dans la nature.

Alertés à 4 heures du matin, des éléments de l’unité du Centre de coordinations et des décisions opérationnelles (Ccdo) se sont rendus sur les lieux en vue de procéder au constat d'usage. Le commissariat de police du 2ème arrondissement a été par la suite saisi. Une enquête y a été ouverte à l'effet de mettre le grappin sur ces braqueurs, qui, il faut le rappeler, poursuivent leur randonnée. 



Simon DEBAMELA, à Bouaké