À Yopougon Bel air, les forces de l'ordre et les microbes s'affrontent

Faits divers
Publié le Source : Linfodrome
a-yopougon-bel-air-les-forces-de-l-ordre-et-les-microbes-s-affrontent Illustration

Dans la soirée du 28 décembre, le carrefour Bel air de Yopougon a été le théâtre des affrontements entre les forces de défense et de sécurité et les jeunes délinquants. Le" Crocroni" quartier général de la dépravation situé au cœur de la commune de Yopougon, fait l'objet de plusieurs plaintes. Selon, nos informations des jeunes délinquants après leurs forfaits, ont replié dans le secteur. Sur plainte de certains riverains, des éléments des forces de défense et de sécurité y ont fait irruption. N'étant pas les bienvenus, les jeunes ont mené une riposte contre les agents de la gendarmerie.

 Les habitants de la cité GFCI Bel air ont avalé, le gaz lacrymogène. La cité a payé les frais de l'affrontement entre les forces de défense et de sécurité et les microbes. 

Aux environs de 19h, ce lundi 28 lundi, l'on a assisté à un semi marathon. La population apeurée courrait dans le tout le sens, sans véritablement savoir la raison. Mais, elle ressentait, la forte odeur du gaz lacrymogène qui a envahi la cité.

Quelques minutes après, l'incident, nous nous sommes rendus sur les lieux pour en savoir davantage. Il ressort plusieurs versions.

Certains ont raconté que" ce sont les gendarmes et les microbes qui se sont affrontés" pour quelle raison ? Ils l'ignorent.

Quant à d'autres d'affirmer" les corps à habiller sont venus sur plainte de certaines personnes victimes d'agressions, menés une patrouille afin d'interpeller les présumés auteurs. Malheureusement, s'en est suivi un affrontement" ont ils informé.

Aux dernières, il nous est rapporté qu'aucune interpellation n'a eu lieu. Cependant, des tirs à balles réelles ont été entendus. 

 

En vue de ramener la quiétude, les forces de défense et de sécurité ont veillé sur le lieu.

Rappelons que, Bel air, enregistre plusieurs endroits du marché de sexe et de délinquance au su et vu de tous. Les habitants de ces secteurs sont de plus en plus victimes des agressions, sans que des mesures idoines ne soient prises.

 

Carlos DOGBA