Abengourou : Un faux officier des Douanes arrêté ; des douaniers au nombre de ses nombreuses victimes


06/09/2017
Abengourou : Un faux officier des Douanes arrêté ; des douaniers au nombre de ses nombreuses victimes
Photo d'illustration

La cellule de la Police criminelle d’Abengourou vient de mettre hors d’état de nuire, un dangereux escroc, qui se faisait passer pour un officier des Douanes. Après avoir extorqué de fortes sommes d’argent à plusieurs victimes, il a été finalement arrêté, dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 août 2017, à Abobo, à Abidjan.

Selon nos sources, le nommé Brou Kouao, né le 14 novembre 1977 à Akoboissué (Agnibilékrou), est un désœuvré résidant dans la commune d’Abobo. L’homme est cependant très actif dans le milieu de la pègre. En 2011 déjà, il avait été appréhendé par la police d’Abengourou, avant de recouvrer la liberté à la faveur de la crise post-électorale. Le malfrat ne s’est pour autant pas assagi. Bien au contraire, il réussit à se procurer une tenue d’officier des Douanes ivoiriennes. Sanglé dans ses nouveaux habits usurpés, il se fait désormais appeler ‘’Capitaine Koffi Kouassi Jean-Claude’’.

Dans ses dérives, l’homme pousse l’outrecuidance jusqu’à se pavaner souvent, dans les locaux du ministère de la Défense. Dans le courant du mois de juin dernier, il soumet ses services à un planteur, dont la production de cacao de mauvaise qualité a été refoulée au port d’Abidjan. A ce dernier, il propose de convoyer ledit produit, jusqu’au Ghana, pour sa vente. Pour cela, il exige au planteur, la somme de 500 000 F Cfa. Bien plus, il promet au planteur de lui trouver facilement deux camions pour le transport de ses produits, grâce à ses collègues en service du Port autonome d'Abidjan. Et cela, à hauteur de 10 millions de F Cfa.

A ce niveau, le producteur devra débourser la somme de trois (3) millions de F Cfa comme avance. Pour ces deux projets, le naïf planteur remet la somme de 3,5 millions de F Cfa au « douanier », qui disparaît finalement, dans la nature. Quelque temps plus tard, d’autres planteurs qui tentent eux aussi d’écouler leur cacao vers le Ghana, sont bloqués dans ville d’Adzopé, par les forces de l’ordre. Encore une fois, le faux douanier rentre en contact avec ces planteurs désappointés. Il leur fait croire qu’il est à la base du blocage de leurs camions. Et pour les libérer, ils devront débourser la somme de 2,5 millions de F Cfa pour la main-levée à verser au Trésor public, 500 000 F Cfa pour le Dga des Douanes et 500 000 F Cfa pour lui-même.

Soit au total, la somme de 3,5 millions de F Cfa. Pour cette transaction, il donne rendez-vous aux infortunés planteurs au ministère de la Défense. Sur place à Abidjan, quand les planteurs le trouvent bardé de ses attributs, ils croient avoir affaire à un véritable officier des Douanes. Mais une fois en possession de la somme indiquée, Brou Kouao se fond à nouveau dans la nature. Il ne s’arrêtera pas là. Il promet à deux autres victimes, la réussite aux concours des Douanes et du Trésor. Pour cela, ses interlocuteurs devront débourser la somme globale de deux (2) millions de F Cfa. Là encore, le faux douanier se taille dans la nature. Plus grave, sur sa funeste lancée, il sévit même dans les rangs des vrais agents des Douanes.

A l’un d’eux, il soutire la somme de 5,1 millions de F Cfa, pour l’achat et le dédouanement d’un véhicule, avant de prendre le large. Un peu plus tard, des victimes, à Abengourou où il a beaucoup sévi, portent plainte à la police criminelle. Les six premiers plaignants qui se présentent, se sont fait extorquer la somme de 12 380 000 F Cfa par l’indélicat. Le capitaine Gnahoua Dogba, commandant de la brigade anti-criminalité de la zone, ouvre une enquête et lance ses hommes aux trousses du faux douanier. En définitive, ce dernier est cueilli, le samedi 26 août 217, à 4h du matin, à Akéikoi, dans la commune d’Abobo, à Abidjan. Il pionçait tranquillement du sommeil des justes. Brou Kouao a été déféré devant le parquet de la session du tribunal de 1ère instance d’Abengourou et placé sous mandat de dépôt. Il sera jugé le 6 septembre prochain.

 

Ange Kouassi KOBLIKO ( Correspondant régional)  

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2