Biankouma : Le chauffeur d'un sous-préfet, « prisonnier » d'une confrérie de sorciers


21/10/2017
Biankouma : Le chauffeur d'un sous-préfet, « prisonnier » d'une confrérie de sorciers

Mousso Jeannette (67 ans ), Loua Tiémoko (43 ans ), Gbongué Loua Hélène ( 64 ans) et Louagbeu Antoine ( 37 ans ), sont accusés de pratique de sorcellerie et de trouble à l'ordre public. C'était dans le courant du mois d'août 2017, à Klapleu, village de la sous-préfecture de Biankouma. Loua Degaulle ( 88 ans ), chef de la confrérie, va mourir en prison. Les quatre autres membres de la confrérie, sont condamnés à 2 ans de prison, assortis de sursis.

En effet, nos sources signalent que cette puissante confrérie qui faisait feu de tout bois, à Klapleu, a à son actif, la liquidation de plusieurs bras valides. Dans cette veine-là, Loua Anatole, chauffeur d'un sous-préfet, tombe gravement malade.

Et après plusieurs soins médicaux improductifs, il sollicite les services d'un voyant. Ce dernier lui révèle, qu'il est aux mains de sorciers qui veulent « bouffer » son âme. Et que ces assassins d'un autre genre, l'ont, pour leur festin, déjà transformé en cabri et attaché quelque part, avant son passage à la casserole. L'exorciste qui entre en scène, va démasquer la confrérie de sorciers. Et on va alors tout savoir.

Ainsi, de la bouche de Loua Degaulle, le chef de la confrérie, c'est en 1985, qu'il contracte la dette d'une chair humaine. Mais au lieu de rembourser, il se conduit comme ces individus qui ne payent pas crédit, comme on le dit de façon simple. Acculé par les membres de son « gang », il décide alors, de livrer son neveu, Loua Anatole, le chauffeur du sous-préfet.

A lire aussi: Des lycéens de 14 ans, sorciers, font de terribles aveux.

A la suite de ces terribles aveux, l'exorciste somme le vieux sorcier présumé, d'indiquer l'endroit où ses coreligionnaires et lui ont attaché le cabri incarnant l’infortuné chef de liaison.

Là, les mangeurs d'âmes adoptent la loi d'Omerta. Face à leur résistance, les cinq sorciers sont traduits devant le tribunal. Et à la barre, l’exorciste présent, prend l'engagement de libérer l'âme de la victime, si seulement les sorciers livrent le « lieu sûr » où ils l'ont cachée.

Face à cet important tournant, la justice décide alors, de ne condamner les cinq sorciers, qu'à deux ans de prison, avec sursis. Malheureusement, pendant sa détention préventive, le chef de la confrérie trouve la mort. Et là, vraisemblablement, le pauvre Loua Anatole ne semble pas au bout de ses peines.  

 

DOUMBIA Balla Moïse ( Correspondant)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Soir info

Videodrome