Yopougon : drame Une dame et son fils découverts morts dans leur quincaillerie


27/01/2020
Yopougon : drame Une dame et son fils découverts morts dans leur quincaillerie
Une quincaillerie à l'intérieur de laquelle elle a aménagé à l'aide de feuilles de contre-plaqués, une pièce. Et c'est cette pièce, qui lui sert de logis avec ses enfants.

Les populations de la cité « Bel air », sous-quartier de Yopougon-Banco, sont encore fortement marquées par le drame qui s'y est produit. C'est la découverte des corps sans vie d'une dame et de son garçonnet.

Des informations en notre possession grâce à nos sources, on apprend que le dimanche 12 janvier 2020, comme à son habitude, dame Emma Aka, la trentaine, se rend au temple religieux de son quartier. Elle est avec son garçonnet âgé d'un (1) an et de sa fillette qui elle, vit sur terre depuis trois ( 03) ans.

C'est une bonne croyante au Christ et ça, elle souhaite que ses gosses le soient également. Parce que, personne, dit-on, ne peut lui sortir de la tête, que Dieu est le seul omnipotent qui trace le chemin de vie de tout être humain.

Plus tard après le culte, dans la bonne humeur qu'elle distille à ses coreligionnaires, Emma Aka et ses gosses regagnent sa quincaillerie située à quelques encablures de là. Une quincaillerie à l'intérieur de laquelle elle a aménagé à l'aide de feuilles de contre-plaqués, une pièce. Et c'est cette pièce, qui lui sert de logis avec ses enfants.

Mais le lendemain, alors que l'on s'attend à la revoir tenant son commerce, les portes de celui-ci sont closes. C'est inhabituel pour cette jeune femme qui travaille dur, pour assurer le minimum à ses enfants. Enfin. Sans doute qu’elle a d’importantes courses à effectuer au point de sacrifier une matinée de travail en début de semaine.

C'est embarrassant pour ses clients qui se présentent et qui, malheureusement, trouvent la quincaillerie fermée. On espère que Emma Aka sera bientôt de retour et qu'elle va ouvrir à l'occasion, les portes de son commerce.

Mais jusqu'à la nuit tombée, point de traces de la jeune femme. Le jour qui suit, soit le mardi, le décor est pareil. L'opératrice économique est-elle en voyage avec ses enfants ? C'est la question que se posent ses voisins, qui en même temps, ne retiennent pas vraiment cette éventualité. C'est qu'Emma est en de très bons termes avec eux et elle les tient chaque fois informés de ses mouvements hors de chez elle.

Mais là ce n'est pas le cas. Alors, où peut-elle donc bien se retrouver ? Les choses en sont à ce stade, quand le surlendemain, à savoir le mercredi 15 janvier 2020, la grande inquiétude s'empare cette fois des voisins. C'est que non seulement, la quincaillerie qui sert de logis à Emma Aka reste toujours fermée, mais il s'en dégage une terrible odeur nauséabonde.

Qu'est-ce que cela veut-il bien dire ? L’entourage est à présent convaincu, que malheur est arrivé. Mais lequel donc ? Il faut absolument le savoir. Ainsi, en début d'après-midi, un des voisins file à la police, où il explique la situation bien inquiétante de dame Emma Aka.

Les faits tels qu'exposés, suscitent également une grosse inquiétude chez les agents de police. Alors, ces derniers, sous la conduite du voisin, se rendent sur place. Au passage, ils prennent avec eux un serrurier. Sur les lieux, tous sont aussi incommodés par l'odeur pestilentielle qui frappe tout de suite à l'abordage du commerce-domicile de la portée disparue.

Sur autorisation des agents des forces de l'ordre, le serrurier défonce la porte. Et là, le spectacle qui se présente, est des plus terribles, morbides. Dame Emma Aka est morte. Comme elle, son garçonnet de un ( 01) ans. Près des deux corps sans vie en état de putréfaction, est couchée en vie, mais très affaiblie, la fillette de trois ( 03) ans, de la défunte maîtresse des lieux.

Le constat d'usage effectué, les dépouilles sont enlevées, par les services des pompes funèbres et transférées à la morgue. Quand à la pauvre gamine, désormais orpheline de sa maman et de son petit frère, elle est évacuée dans une clinique médicale du quartier et tout de suite prise en charge par les praticiens.

Mais qu'est-il donc arrivé à cette famille ? On se pose une foule de questions. L'on attend donc beaucoup de l'enquête policière ouverte, pour être situé sur les circonstances du drame. En attendant, dans le quartier, on demeure encore sous le choc.

KIKIE Ahou Nazaire  

Kikié Nazaire

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

Videodrome