Bonéfla : Des élèves se vengent de trois sorcières et les enterrent


29/06/2020
Bonéfla : Des élèves se vengent de trois sorcières et les enterrent
Ils font recours à un guérisseur.

Un élève de 17 ans a été arraché à la vie dans des conditions mystérieuses dans le village de Bonéfla, dans la sous-préfecture de Kanzra, à 32 kilomètres de la région de Zuénoula. Le jeudi 25 juin 2020, date du décès de l’adolescent, a donné suite à la vengeance de ces condisciples.

La loi du talion a prévalu dans cette histoire. Selon les sources de l’hebdomadaire Allo Police, Fahé Bi Boti Camus dit Camille, élève âgé de 17 ans et en classe de 5è au collège privé de Bédiala, souffrait d’un mal qui le rongeait depuis quelques semaines. Son apparence changeait de jour en jour. Il s’enflait. Cette situation inquiétait les parents du jeune Fahé qui faisaient des mains et des pieds pour trouver un remède au mal. Ils concluent alors que ce mal est d’origine mystique.

Pour cela, ils font recours à un guérisseur. Des consultations du charlatan, il ressort que la tante de Fahé Bi serait responsable de cette action de destruction physique. Elle nie tout d’abord toute implication dans cette affaire avant de finir par avouer, sous la pression, et même par livrer ses complices. Ce sont deux autres femmes d’un certain âge qui appartiennent à la même confrérie qu'elle.

Ces présumées sorcières passent alors à l’interrogatoire devant tout le village. Elles étaient soigneusement ligotées. Elles reconnaissent être responsables des déboires de santé de l’élève. Plus grave, elles ajoutent que son corps a déjà été distribué entre les membres de la confrérie dans le monde invisible. Elles font alors un deal avec le guérisseur. Les différentes parties du corps de l’enfant sont alors restituées à l’exception du cœur qui est détenu par la fameuse tante.

Face à cette résistance, les camarades élèves de Camille, qui ont effectué le déplacement jusqu’au village de Bonéfla, menacent les villageois de vendetta si leur ami venait à mourir.

La tante se décide enfin, après une énième négociation, à remettre le cœur de Camille qu’elle avait caché dans un anacardier. Hélas, ce geste arrive trop tard. Fahé Bi Boti Camus est passé de vie à trépas.

Chose promise, chose faite. Les camarades du défunt passent à tabac les trois sorcières et les transportent dans la forêt. Arrivés sur les lieux, selon des sources, les élèves ont mis en terre les trois femmes ; deux dans une même fosse et la dernière dans une autre. Elles étaient vivantes au moment de leur enterrement.

Fahé Bi Boti Camus était le deuxième enfant de la famille Fahé qui trouvait la mort dans de telles conditions.

Alain Zadi (Stg)

Alain Zadi (stg)

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome