Crime passionnel : Un orpailleur tue sa femme parce qu'elle ne veut plus de lui


10/10/2020
Crime passionnel : Un orpailleur tue sa femme parce qu'elle ne veut plus de lui
L'orpailleur est activement recherché par la gendarmerie.

Un jeune « orpailleur clandestin » béninois habitant la commune de Hiré (petite ville de la Côte d’Ivoire située entre Divo et Oumé) a froidement tué sa concubine appelée Estelle, ivoirienne originaire de la région du Lôh Djiboua,  le mercredi 8 octobre 2020 en la poignardant à plusieurs reprises en plein cœur.

Les faits se sont déroulés le mercredi 8 octobre 2020 aux environs de 4 heures du matin, dans un village de la commune appelé Kagbè, situé à environ 7 km de Hiré, a-t-on appris auprès des jeunes du village, qui à leur tour réclament vengeance.

 

Selon notre source, l’homme et la femme habitaient ensemble la ville de Hiré. Habituée à être bastonnée à tout moment par cet homme, la jeune fille décide alors de mettre fin à cette relation de souffrance. Ainsi elle retourne en famille dans son village natal, Kagbè.

 

Choqué de la décision prise par la jeune dame, le tueur décide alors d’aller présenter ses excuses puis récupérer sa femme. Celui-ci reste dans la grande famille de la victime où il passe la nuit, et la jeune dame dans sa petite famille auprès de ses parents biologiques.

 

Tôt le matin au environ de 4 heures, sous-prétexte qu’il devrait aussitôt effectuer un déplacement, il appele sa concubine et demande à la rencontrer pour lui remettre de l’argent, afin qu’elle puisse s’occuper de leur progéniture de 2 ans.

 

Lire aussi : Divo: Une femme bat son mari, le tue et lui arrache les yeux

 

Sans arrière-pensée, la jeune dame décide alors de répondre à l’appel de son ex-concubin. Hélas, ce dernier avait un plan macabre à l'esprit. Dès son arrivée, sans toute forme de procédure, il se met à la poignarder à plusieurs reprises en pleine poitrine. Ne pouvant pas surmonter toutes ses blessures, la jeune dame de 20 ans d'âge succombe malheureusement.

 

Quant à son assassin, il a pris la fuite. En colère, les jeunes du village se sont mobilisés pour casser et bruler les maisons et biens de certains béninois. Heureusement, la gendarmerie est intervenue pour mettre fin à ce drame qui devenait de plus en plus dangereux.

Alain Zadi

Alain Zadi

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome