Affaire du balai mystique : Un numérologue se prononce


06/01/2021
Affaire du balai mystique : Un numérologue se prononce
Le médecin holistique et numérologue affirme que certaines pratiques africaines ont perdu de leur valeur.

Sur une vidéo, devenue virale, on aperçoit un certain Deversailles Dj passant un test de vérité par le biais de deux balais. Une pratique africaine qui a récemment suscité beaucoup de réactions de la part des internautes. Médard Kouassi, numérologue, a bien voulu se prononcer sur la question dans les studios de Linfodrome ce mercredi 6 janvier 2021.

Deversailles Dj a été accusé, par un gérant de maquis, d’avoir dérobé une somme de 50 000Frcfa. Pour se dédouaner, il décide de passer le test du balai qui a été filmé et circule sur la toile depuis le lundi 4 janvier 2021.

Médard Kouassi vient d’abord sur les deux usages du balai. Celui qui sert à nettoyer, à se désenvouter, à se purifier, à enlever des choses négatives qui minent notre existence. L’autre facette de l’utilisation du balai est d’ordre médical. Dans la tradition, à en croire le numérologue, nos parents étaient des médecins holistiques. Ils ne traitaient pas directement le mal de ceux qui venaient les consulter. Ils vont poser plusieurs questions pour cerner le mal. Et c’est après cela qu’ils font le diagnostic. Ils sont rentrés dans l’esprit de la personne, ils sont redescendus dans l’âme, le corps physique pour voir exactement la racine du mal. Quand on a réussi à enlever ce mal dans ces deux structures, automatiquement le corps physique qui n’est que le reflet, réagit positivement. Ces personnes savaient exactement ce à quoi s’attendre et ce qu’il fallait faire parce qu’ils voyaient au-delà du corps physique, atteste le géomancien.

« L’utilisation du balai dans la tradition était une chose qui était faite de façon très précise. Et on ne donnait pas les pouvoirs au premier venu. Il y a des sociétés dans lesquelles on peut passer sept à neuf ans avant qu’on ne te donne un pouvoir. Celui qui est habilité à le faire ne peut pas tricher parce que sa purification a été faite. Il connait les conséquences de ses actes, donc il ne peut pas tricher. Il connait les règles spirituelles, de la divinité. Avant cette pratique était forte. Maintenant, est-ce que ces personnes sont habilitées à le faire ? c’est là où se pose la question » fait-il remarqué.

Concernant les personnes exerçant cette pratique de nos jours, le médecin holistique a déploré la quête du gain qui a dénaturé cette pratique. « On peut trouver ses fossoyeurs parce que l’élément argent a pris un pas sur l’élément franchise, l’élément réel de la personnalité humaine. Les hommes ne sont plus attachés à la raison, à la vérité et même à la peur. Les hommes n’ont plus peur de Dieu, aux règles de la nature. L’argent a pris le pas sur la vérité de la nature humaine donc il peut avoir des faussaires. Avant c’était bon, propre parce qu’ils connaissaient les règles. Mais aujourd’hui les gens courent après l’argent » a-t-il soutenu avant de préciser à propos de la vieille qui a fait passer le test à Deversailles Dj que « voir des personnes au-delà des écrans ne nous permet pas de juger de la personne. Il faut la pratiquer ».

Il faut noter qu’en Afrique et dans certaines régions de la Côte d’Ivoire, ces tests de vérité se font sous plusieurs formes. Il a le test du Gôpô et celui de la dance du cercueil pour désigner des meurtriers.

Alain Zadi

Alain Zadi

|

  • SOURCE: Linfodrome

Videodrome