Smartphone : Comment vérifier que son téléphone est protégé contre l’eau

Publié le
smartphone-comment-verifier-que-son-telephone-est-protege-contre-l-eau Smartphone Linfodrome (PhDr).
High tech

Photographier et filmer sous l’eau avec un smartphone demande de prendre certaines précautions.

Dans le bassin avec votre smartphone, vous souhaitez capturer l’instant et en profiter pour filmer l’entrée de votre progéniture dans l’eau. Pas de danger, votre terminal numérique est à la norme IP, il peut donc vous accompagner dans le grand bain. Ou pas.

Différents indices de protection

Avant de vous lancer, il convient d’abord de vérifier les deux chiffres qui suivent le « IP » (pour Indice de Protection) qui accompagnent cette norme. Premier d’entre eux, le 6 signifie que l’appareil est protégé contre les dépôts de poussière. S’il est suivi d’un 5 (IP65), cela indique qu’il est protégé contre les jets d’eau, comme sous une douche.

Si le second chiffre est un 6 (IP66), cela suppose qu’il peut résister à des jets d’eau puissants, comme des vagues. Plus intéressant : à la norme IP67, le smartphone est étanche jusqu’à un mètre durant trente minutes. Et à plus d’un mètre durant une heure s’il est IP68.

Ecran et bouton inopérants

Ensuite, sachez que photographier ou filmer avec un smartphone sous l’eau est loin d’être un exercice commode. Qui a tenté l’expérience sait que l’on ne voit pas grand-chose à l’écran (généralement teinté de reflets argentés), et pire, que les boutons tactiles deviennent inopérants sous l’eau. Il convient donc, avant d’immerger votre terminal, de procéder aux bons réglages, voire d’appuyer sur le déclencheur avant de plonger votre téléphone dans l’eau si vous souhaitez tourner une vidéo.

Pour vous faciliter la tâche, la marque Crosscall (dont les smartphones sont aux normes IP67 et IP68) a eu la bonne idée de mettre en place une fonction « Touch-lock » sur ses appareils. Celle-ci permet de verrouiller l’écran et de déclencher la prise de vue à l’aide du bouton latéral de ses terminaux. D’autres terminaux proposent également cette possibilité, comme chez Apple ou Samsung. Enfin, inutile d’essayer de poster les images de vos plongées depuis le fond du grand bain, il n’y aura pas de réseau !

Séchage obligatoire

Une fois de retour sur votre transat, à vous les images inoubliables aux reflets bleutés pour étoffer votre album « Summer’22 » ! Oui, mais il est nécessaire avant toute chose de sécher votre smartphone, voire de le rincer à l’eau claire si vous l’avez utilisé en pleine mer, le sel pouvant rapidement créer un phénomène d’oxydation.

Il s’agit principalement ici de sécher son connecteur et d’évacuer l’eau qui a pu s’introduire dans son ou ses haut-parleurs. On évitera le coton-tige ou tout chiffon pouvant y déposer des fibres. Pareillement, le sèche-cheveux est à proscrire, la chaleur pouvant endommager votre appareil. Préférez le courant d’air d’un ventilateur.

Prévenir plutôt que guérir

A l’arrivée, tout n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Sachez surtout que tout dommage causé à votre smartphone à cause de l’eau n’est pas pris en compte par sa garantie… Et qu’une corrosion peut occasionner une réparation coûteuse qui immobilisera votre téléphone durant plusieurs jours. Voilà qui peut refroidir ! Finalement, rien ne vaut une coque de protection, ou une pochette universelle (à partir de 15 euros), pour utiliser votre smartphone sous l’eau.

Dans les faits, les normes de protection sont davantage là pour éviter les petits tracas du quotidien (comme avec un smartphone ayant pris la pluie ou, grand classique, tombé dans la cuvette des WC). Il suffit d’ailleurs de lire les mises en gardes d’Apple sur ce sujet pour se dire qu’au final, mieux vaut éviter de laisser son précieux smartphone se mouiller… Parmi elles figure celle-ci : « Pour éviter tout dommage causé par un liquide, évitez d’immerger intentionnellement votre iPhone dans l’eau ». Tout est dit.