Présumée implication de DJ Arafat dans une filière drogue, Me Alain Bokola (Avocat DJ Arafat) s’insurge et dit ses vérités : « On ne ment pas sur un mort »


08/06/2020
Présumée implication de DJ Arafat dans une filière drogue, Me Alain Bokola (Avocat DJ Arafat) s’insurge et dit ses vérités : « On ne ment pas sur un mort »
Ph DR

Cité par un média comme ponte de la filière drogue en Côte d’Ivoire, DJ Arafat ne peut malheureusement répondre de ces accusations. Me Alain Bokola, l’avocat de DJ Arafat, contacté ce lundi 8 juin 2020 par Linfodrome s’est insurgé contre les accusations portées à l’encontre de son client. Les faits à l’encontre de DJ Arafat, selon lui sont diffamatoires et se resserve le droit de poursuivre ses auteurs. 

Contacté par Linfodrome pour se prononcer sur les accusations portées à l’endroit de DJ Arafat, Me Alain Bokola, l’avocat du chanteur a dit diffamants ces faits allégués contre son client. Pour lui, de son vivant, DJ Arafat n’avait jamais été impliqué dans une quelconque affaire de trafic de drogue et partant ne comprend donc pas pourquoi c’est alors qu’il ne peut plus répondre d’aucune accusation qu’il est cité dans une telle affaire.   

« DJ Arafat, de son vivant n’a jamais été impliqué dans une qulconque affaire de trafic de drogue. Il rentrait et sortait du pays sans jamais avoir été cité dans une affaire de drogue », a-t-il confié. À l‘en croire, non seulement cette enquête menée par ce média n’est certifiée par aucun organe national et international mais elle repose sur la diffamation. « C’est de la pure diffamation contre mon client. C’est une délation mensongère », a-t-il déploré. 

Selon Me Alain Bokola, on devrait laisser reposer son client. « Laissez-le reposer en paix ! On ne ment pas sur cadavre, qu’ils le sachent », a-t-il fustigé accusant les auteurs de ces articles de « narcotrafiquants ». « Nous sommes allés quand même à l’école. Ce n’est pas normal que des individus viennent en Côte d’Ivoire, se reposent dans des hôtels à Treichville où ils passent des nuits en compagnie de prostituées et se permettent de diffamer des autorités dans ce pays. Nous sommes dans une république, qu’ils le sachent », a-t-il révélé tout en colère l’avocat de DJ Arafat au cours de notre échange téléphonique. 

Poursuivant, Me Alain Bokola a révélé que c’est sous l’autorité du ministre d’État, alors ministre de la Sécurité que les plus grands narcotrafiquants ont été traqués et mis sous l’éteignoir. C’est pourquoi, dit-il comprendre la diffusion d’un article accusant Hamed Bakayoko et son client DJ Arafat. « Ils veulent détourner l’attention des ivoiriens. Ce sont des narcotrafiquants qui ont dû financer de telles choses tellement la Côte d’Ivoire empêche leurs activités de prospérer sur ses terres », a-t-il accusé.

Enfin, l’avocat de DJ Arafat qui dit s’insurger contre les accusations portées contre son client, déclare ne donner aucun crédit à de « telles allégations ». Il a indiqué qu’une telle enquête devrait être certifiée par des organes nationaux ou internationaux pour avoir du crédit. « Aucun crédit à accorder car ces ils ne sont pas investis d’une mission de police ou de  procureur », a-t-il tranché non sans ajouter que « ce sont des rapports orientés ». 

 

 

Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Philip Kla

|

  • SOURCE: Linfodrome

Videodrome