Mort de Marie-Louise Asseu : Son oncle fait des révélations sur les derniers instants de l'actrice

Publié le Modifié le
mort-de-marie-louise-asseu-son-oncle-fait-des-revelations-sur-les-derniers-instants-de-l-actrice Photos d'archives
People

La comédienne ivoirienne Marie-Louise Asseu est décédée dans la nuit du mercredi 7 décembre 2016, à la polyclinique de l'Indenié, au Plateau. Une triste nouvelle tombée comme un coup de massue qui a plongé la famille du 7ème art et des planches dans la consternation et l'amertume.

Le jeudi 8 décembre 2016, à l'occasion de la présentation du mot de compassion du ministère de la Culture et de la Francophonie, dans les locaux du département sis au Plateau, l'oncle maternel de la comédienne, Allépo Abbé est revenu sur les circonstances de la mort de sa nièce. «Depuis le 12 novembre, Marie-Louise souffrait terriblement jusqu'au 17 novembre. Puis par la suite, elle a piqué une crise. Et elle a été internée à la clinique de l'Indenié où elle a reçu tous les soins nécessaires grâce à l'appui du Burida (Bureau ivoirien du droit d'auteur : Ndlr) et du ministère de la Culture et de la Francophonie », a-t-il révélé, le visage marqué par le deuil, avant de laisser entendre qu'à partir de cet instant toute la famille avait espéré que l'état de santé de l'actrice allait connaître une amélioration.

À lire cet article: Marie-Louise Asseu décédée

Malheureusement, tout est allé de guingois. Chose qu'a regrettée l'oncle de Marie- Louise. Tout en confiant que les choses sont allées si vite que l'état de santé de la transfuge de la compagnie ''Le Soleil de Cocody'', a soudainement périclité. Puis Allépo Abbé d'annoncer : « Hier (mercredi 7 décembre:Ndlr) entre 17h et 18h, on nous appelle pour venir faire un constat. Quand nous sommes arrivés, elle était déjà sous respiration artificielle. On nous a dit d'attendre avant de nous conseiller de rentrer. Nous sommes restés quelque moment avant de répartir. Nous n'étions même pas arrivés à la maison quand on nous a appelés à nouveau pour nous donner la triste nouvelle ».

À lire aussi cet article: Voici le film du décès de Marie-Louise Asseu : La comédienne est morte le visage très serré

Brisant le silence sur la maladie qui a eu raison de la comédienne, l'oncle de Marie Louise a tenu à couper court aux spéculations de toutes sortes. « Ma nièce est décédée des suites d'un Avc. Il n'y a pas de polémique là-dessus. C'est ce qui ressort du rapport du médecin. Et c'est ce qu'il nous a confié », a-t-il précisé avec un brin d’insistance. Quid de la date du programme des obsèques? Sur cette autre question, il n'a pas fait dans la circonspection et a été plus que clair. « C'est encore chaud. Nous allons retourner au village, en famille. C'est là-bas qu'on va se réunir et se concerter pour fixer une date des obsèques », a déclaré M. Allepo.

À lire aussi cet article: La vérité sur la maladie de Marie-Louise Asseu : Les révélations de Dent De Man

Bien avant, le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman, a, au nom du président Alassane Ouattara, du premier ministre Kablan Duncan et de l'ensemble du gouvernement, adressé à la famille de la défunte ses condoléances ''émues'' et ''attristées''. « (…) Toutes les dispositions seront prises pour rendre à notre regrettée artiste, les hommages liés à l'insigne honneur qu'elle a toujours eu pour son pays, dont elle a contribué vaillamment à valoriser le riche patrimoine culturel », a promis le patron du département de la culture du gouvernement ivoirien, non sans confirmer à son tour que l'emblématique figure des émissions satiriques de la Rti ''Faut pas fâcher'' et ''Ma famille'' que fut Marie-Louise Asseu, est réellement décédée des suites d'un Accident vasculaire-cérébral (Avc).

Quant au journaliste Bledson Mathieu, un proche de la comédienne, qui nous a joint quelques instants après la mort de l'actrice, il s'est efforcé, entre deux sanglots, à expliquer les derniers instants de cette brusque disparition. « Nous avons pensé que les choses allaient s'améliorer. Surtout avec les efforts consentis par les médecins. Car son médecin traitant nous avait rassuré en nous confiant qu'elle avait besoin de repos. Malheureusement, le pire est survenu », a-t-il confié, la gorge nouée, avant de faire cette autre confidence : « C'est lorsqu'on a constaté un ballet des médecins ainsi que des parents à la clinique qu'on s'est rendu compte de la gravité de la situation ».

DIARRA Tiémoko

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.