Présidentielle 2020 : Laurent Gbagbo ne veut rien lâcher, voici ce qu’il a confié à ses proches collaborateurs

Publié le
presidentielle-2020-laurent-gbagbo-ne-veut-rien-lacher-voici-ce-qu-il-a-confie-a-ses-proches-collaborateurs Laurent Gbagbo veut prendre une part active à la présidentielle d'octobre 2020
Politique

La présidentielle d’octobre 2020 s’annonce riche en couleur et en émotion. Si jusque-là, seuls les dieux détiennent les secrets du déroulement de ce scrutin, l’on en sait un peu plus sur la pensée qui anime l’esprit de certains leaders politiques.

Alors qu’Alassane Ouattara, le président de la République de Côte d’Ivoire tergiverse encore sur sa candidature en la conditionnant à celles de ses adversaires, à qui il impute la responsabilité de la destruction de la Côte d’Ivoire aux lendemains de la mort du père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, Félix Houphouët Boigny. Son farouche opposant de la présidentielle de 2010, lui, semble avoir les idées plus claires sur son avenir politique.

En effet, Laurent Gbagbo, le fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi), et ex-président ivoirien, ne semble pas avoir digéré sa sortie de l’histoire de la Côte d’Ivoire par la petite porte. A l’image de son nouvel allié politique, Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), qui se sent dans la peau d’un jeune au point d’envisager de prendre de nouveau, les rênes du pouvoir d’Etat, au soir du 31 octobre 2020, jour du scrutin présidentiel, Laurent Gbagbo veut coute que coute redorer son image sur la scène politique internationale.

Pour atteindre ce but, il compte prendre une part active au scrutin présidentiel d’octobre 2020, qui dit-on, est ‘’bouclé et géré’’ à l’avance, par le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), d’Alassane Ouattara. L’on risquerait d’assister à un match retour. Laurent Gbagbo a, selon le confrère, La Lettre du Continent (LC) dans sa parution de ce mercredi 18 décembre 2019, confié à plusieurs cadres de son parti sa ferme volonté de se présenter à la magistrature suprême. Laurent Gbagbo par cette volonté semble battre en brèche toutes les menaces judiciaires qui continuent de peser contre lui.

Dans ces conditions, la présidentielle de 2020 pourrait voir s’affronter les mêmes acteurs que lors de celle de 2010 qui avaient conduit à la crise ivoirienne : Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié. Ce dernier a déclaré récemment, à 86 ans, qu’il n’écartait pas cette idée.

« A l’aube  de 2020, la perspective d’un macth retour du scrutin de 2010 inquiète au plus haut niveau les capitales occidentales, qui craignent de voir ressurgir le spectre des affrontements d’il y a dix ans au moment même où, au nord, le Burkina Faso donne des signes d’extrême fragilité. », confie la Lettre du Continent.

Acquitté le 15 janvier par la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo pourrait ne pas en avoir fini avec la justice. Déjà condamné en 2018, en Côte d’Ivoire, à vingt ans de prison dans l’affaire du casse de la BCEAO, l’ancien président est inculpé dans son pays de « génocide, crime contre les populations civiles et meurtre ». Ces dernières inculpations, feraient planer une lourde menace sur son retour à Abidjan.

 

Maxime KOUADIO