Législatives 2021 : Samba Koné (Anp) interpelle les médias : « C’est le moment où chaque homme politique aimerait avoir son journaliste »

Politique
Publié le Source : Linfodrome
legislatives-2021-samba-kone-anp-interpelle-les-medias-c-est-le-moment-ou-chaque-homme-politique-aimerait-avoir-son-journaliste Selon Samba Koné, les journalistes doivent faire très attention pour éviter d’être manipulés.

Samba Koné, président de l’Autorité nationale de la presse (Anp), a interpellé les médias ivoiriens sur leur responsabilité et le respect du code de conduite et de déontologie de la presse en Côte d’Ivoire. Il l’a fait au terme d’un panel de sensibilisation des professionnels des médias, entre autres, qui a eu lieu ce jeudi 04 mars 2021 à Abidjan-Cocody.

Le président de l’Anp a attiré l’attention sur le fait que les journalistes sont très convoités par les candidats en cette période des élections législatives qui auront lieu le samedi 06 mars 2021 dans les 255 circonscriptions de la Côte d’Ivoire. Samba Koné a ajouté que les hommes de médias sont aussi sujets à manipulation. « C’est le moment où chaque homme politique aimerait avoir son journaliste comme on a son médecin. On entend souvent dire, ce qui est humiliant de mon point de vue, « ça c’est mon bon petit journaliste ». Il faut que nous évitions cela. C’est pendant cette période que les acteurs politiques essaient d’avoir avec eux les journalistes pour donner de l’écho, de l’amplitude à leur campagne. Et si nous ne prenons le risque, nous devenons plus des agents de communication que des journalistes », a-t-il alerté.

Samba Koné a expliqué qu’un journaliste est là à charge et à décharge et qu’un agent de communication fait la promotion d’un produit. « Nous devons être sur nos gardes pendant les périodes électorales. En période électorale ou non, le code de déontologie du journaliste est le même. Ce que je vous demande humblement, c’est de faire de ce code votre second livre de chevet, après la Bible et le Coran. En travaillant en fonction du code, jamais l’Anp, jamais la Haca ne va vous indexer », a insisté le président de l’Anp.

Eddy BIBI