En meeting à Languibonou ( Bouaké), hier : Stéphane Kipré répond à Bictogo

Publié le
en-meeting-a-languibonou-bouake-hier-stephane-kipre-repond-a-bictogo Stéphane Kipré, président de l'Ung, a animé, hier, un meeting dans la sous-préfecture de Languibonou.
Politique

A Bouaké depuis mercredi 14 juillet 2021 dans le cadre d'une tournée dans le V Baoulé, le président de l'Union des nouvelles générations (l'Ung) a animé son premier meeting hier, jeudi 15 juillet, à Languibonou. Stéphane Kipré qui raccompagnait son vice-président, Etienne N'Guessan dans son village après plusieurs années d'exil en France, a commenté l'actualité politique nationale marquée, ces derniers jours, par les propos du président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié.

Celui-ci, au terme d'une visite de 48 heures, à lui accordée par l'ancien président Laurent Gbagbo, a invité le pouvoir en place à «engager sans tarder un grand projet de reconstruction» du pays qui «passe nécessairement par la mise en œuvre d'un projet de réconciliation vraie entre les Ivoiriens à travers un dialogue national inclusif dont le pays ne peut faire l'économie». «Nous n'avons pas besoin de dialogue national. Les institutions fonctionnent. Nous ne sommes pas un pays en crise. Nous n'accepterons pas qu'on nous impose un nouvel ordre politique. On n'a pas de leçon à recevoir en termes de nouvel ordre politique au plan démocratique», a répondu Adama Bictogo, le directeur exécutif du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) lundi au cours d'une conférence de presse à Abidjan.

La riposte ne s'est pas fait attendre du côté de l'opposition. Depuis Languibonou, le 3e vice-président de Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (Eds) en charge de la diaspora a envoyé des piques au cadre du parti au pouvoir. «Il y a en qui ont peur quand on parle de dialogue national. Ils se disent qu'on va demander des tabourets. Car hier dans l'opposition quand on les appelait pour discuter, ils venaient réclamer des tabourets oubliant les raisons pour lesquelles ils disaient être fâchés», a contre-attaqué le gendre du président Laurent Gbagbo. «Allez dire à ces gens de ne pas avoir peur. On ne veut pas de leurs tabourets. Qu'ils gardent les tabourets et viennent afin qu'on parle de la paix et la réconciliation nationale. Allez dire à toutes ces personnes que les gouvernants doivent gouverner et les opposants s'opposer. Que chacun reste à sa place mais on doit se parler pour la Côte d'Ivoire», a poursuivi le président de l'Ung.

Dans son discours devant les populations de Languibounou, M. Kipré a invité le gouvernement à lutter contre la vie chère. Il dit s'expliquer difficilement les « propos arrogants » de certains hommes politiques. «Ils sont forts aujourd'hui mais est-ce qu'ils seront forts demain ? », a-t-il questionné. «Au lieu d'être arrogants contre une partie des Ivoiriens, il faut être arrogant contre la cherté de la vie car il n'y a pas de prix pour les militants de l'opposition et un autre pour les militants du pouvoir», a réagi Stéphane Kipré. «La vie est devenue chère. Les Ivoiriens ont du mal à se nourrir et on nous donne des discours guerriers. Réglez le problème des Ivoiriens au lieu de servir de la distraction», a-t-il dit.

Après Languibonou dans la sous-préfecture de Bouaké, le président de l'Ung sera ce vendredi 16 juillet 2021 à Yamoussoukro. Demain samedi 17 juillet 2021, il animera son dernier meeting de la tournée dans le village de Duokro.

 

Cyrille DJEDJED (infos S.B.)