Côte d'Ivoire: Une internaute au Premier Ministre Patrick Achi « ce n'est pas amusant d'être pauvre... »  

Publié le
cote-d-ivoire-une-internaute-au-premier-ministre-patrick-achi-ce-n-est-pas-amusant-d-etre-pauvre Le Premier Patrick Achi et la Ministre Bellemonde Dogo
Politique

L’image du Premier Patrick Achi et ses collaborateurs aperçus dans un « Garbadrome » a alimenté les echanges sur la toile. Si son action est saluée par certains, d’autres par contre n’apprécient pas sa démarche dans une période où la cherté de la vie prend une autre dimension.

A Yamoussoukro, ce vendredi 25 février, le premier ministre Patrick Achi et des membres du gouvernement, ont procédé à la pose de la pierre du futur Lycée Professionnel. De leur visite, le chef du gouvernement et son équipe ont profité pour faire un tour chez une vendeuse d’Attiéké, bénéficiaire de filets sociaux.

Si son action est vue comme un moyen de rapprochement de la population pour certains, pour d’autres à l’instar de l’internaute Emilie Tapé s’en offusquent.

Patrick Achi interpellé

Elle n’a pas caché sa colère. Emilie estime que les actions sporadiques des politiques, ne pourront pas efficacement lutter contre la pauvreté. « La différence entre le riche et le pauvre, c'est que le riche a les moyens de s'offrir la vie du pauvre et sa vie de riche » a-t-elle précisé.

On veut pouvoir en sortir. Parce que ce n'est pas amusant d'être pauvre

Poursuivant, elle a interpellé le Premier Ministre sur les conditions difficiles de la population, qui ne sauraient prendre fins avec de telles actions. « Manger dans assiette en caoutchouc ne vous rapproche pas de nos conditions précaires ». Emilie Tapé fait savoir que, le seul moyen pour le chef du gouvernement de communier avec la population, c’est en luttant contre la pauvreté.

Ce qui est attendu du Premier Ministre

Aucunement, elle ne souhaite pas que le premier Ministre rejoigne les pauvres dans leurs misères plutôt les aide à s’en sortir. « Et puis, ce qu'on veut, ce n'est pas que vous nous rejoignez dans notre précarité » a-t-elle plaidé. Car « On veut pouvoir en sortir. Parce que ce n'est pas amusant d'être pauvre ». « Subsister n'est pas une partie de plaisir » conclut-elle.

La cherté de vie prenant de l’ampleur, des mesures idoines du gouvernement sont attendues.