François Hollande au pouvoir en France

Les pro-Gbagbo entre doutes et espoirs


08/05/2012
Gbagbo et ses partisans dominent les Unes de la presse ivoirienne du 8 mai 2012
L'actualité, ce mardi 8 mai 2012, reste dominée par les enjeux de l'élection française pour la Côte d'Ivoire, la vie des pro-Gbagbo et l'évasion des prisonniers à la MACA.

Election présidentielle française

Après avoir encaissé hier les coups des journaux bleus, les journaux verts veulent couper l'herbe sous le pied des pro-Gbagbo. "Libération de Gbagbo, relations France-CI : le PS français brise le rêve du FPI", titre Le Mandat. Il rappelle dans un courrier du Bureau politique du PS que le Parti de François Hollande avait dit le 10 octobre 2010: "Le Parti socialiste, comme la Communauté internationale, appelle une nouvelle fois Laurent Gbagbo à accepter ce résultat et à respecter le choix du peuple et lui demande de reconnaître la victoire d'Alassane Ouattara". Idem pour Le Patriote qui écrit: "Pendant que les refondateurs chantent sa victoire, Hollande sans pitié pour Gbagbo". Ce journal révèle que dans un entretien sur RTL le 21 décembre 2010, Hollande avait dit "Gbagbo est infréquentable... la Côte d'Ivoire vit une tragédie... la faute est d'abord de Gbagbo". Le Nouveau Réveil se fait plus corrosif. "François Hollande parle de la Côte d'Ivoire ; la page Gbagbo est tournée, son arrestation ne m'a pas choqué, je travaillerai avec Ouattara". Ce journal reprend également une interview du nouveau président français accordée à Jeune Afrique, le 15 août 2011. Par ailleurs, ces journaux susmentionnés, avec L'Expression et Fraternité Matin, rapportent la rencontre entre le président ivoirien et les deux finalistes de l'élection française. Fraternité Matin stipule : "La Côte d'Ivoire, amie de tous, ennemie de personne ; Ouattara rencontre Sarkozy et félicite François Hollande".

La réplique

Les journaux de l'opposition, quant à eux, répliquent : "Après la défaite de son parrain, Ouattara en pleurs et drague déjà Hollande", écrit Le Temps. De son côté, Le Quotidien d'Abidjan affirme que : "Hier à l'Elysée, Ouattara et Sarkozy pleurent leur défaite". Le Nouveau Courrier s'est plutôt attardé sur le changement que Hollande va apporter à la Françafrique. Michel Galy (politologue français) indique dans une tribune publiée par ce journal les changements entre Paris et Abidjan : "La vérité politique que l'on nous a trop cachée va se révéler" parlant de la guerre qui a été faite à Laurent Gbagbo et à laquelle beaucoup de soutiens de François Hollande étaient opposés, a-t-il dit. Comme pour confirmer, Aujourd'hui écrit : "Libération de Laurent Gbagbo : François Hollande se saisit déjà du dossier". Simplice Zahui explique que le dossier sur les conséquences des bombardements de la résidence de Gbagbo sur l'environnement aurait été confié à la magistrate écologiste Eva Joly et que Roland Dumas, avocat de Gbagbo, aurait été aussi choisi pour traiter le dossier ivoirien.

Vie des pro-Gbagbo

L'Inter a consacré sa Une à la situation des pro-Gbagbo détenus à Katiola. "Les dernières nouvelles de Sangaré, Kuyo Téa, Bro Grébé et Béchio ». Selon l'envoyé spécial, Francis N'Goran, son interlocuteur lui a dit : « vous savez, il n'y a pas de prison dorée. Mais tous affichent bonne mine même s'ils sont quelque peu amaigris. Ils n'ont jamais eu de problème de santé majeur, en dehors de Bro Grébé Geneviève qui souffre souvent de douleurs dentaires ». Ceux internés à la Pisam à Abidjan se portent aussi bien, informe Le jour Plus. Donnant « les dernières nouvelles de Michel Gbagbo et Philippe Dacoury Tabley », Vincent Boty, auteur de l'article, écrit : « Michel Gbagbo et Henri Dacoury Tabley sont au mieux de leur forme ».

Evasion des prisonniers

L'Expression avance comme « dessous des mutineries dans les prisons » le manque de confiance entre le pouvoir et les gardes pénitentiaires, gendarmes et policiers qui fait que ces derniers n'ont pas d'armes. L'autre raison est, d'après lui, l'embargo de l'ONU sur les armes. Nord Sud, quant à lui, révèle que « les autorités étaient prévenues depuis l'année dernière par le régisseur de la MACA d'une telle situation ». Pour tout cela, Le Mandat dit que des grosses têtes vont tomber dans le gouvernement.

Merci, à demain !

César DJEDJE MEL

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome

Videodrome