Côte d’Ivoire : L’opposition tout feu tout flamme contre Ouattara, vers le boycott du scrutin présidentiel


12/10/2020
Côte d’Ivoire : L’opposition tout feu tout flamme contre Ouattara, vers le boycott du scrutin présidentiel
Longtemps divisée, l'opposition a tenu samedi 10 octobre un premier grand meeting, attirant quelque 30 000 personnes au stade Félix-Houphouët-Boigny d'Abidjan

Le meeting de l’opposition le samedi au stade Félix Houphouët Boigny, la présidentielle d’octobre 2020, sont les sujets qui cristallisent l’attention de la presse ivoirienne ce lundi 12 octobre 2020.

L’opposition ivoirienne a organisé samedi un grand meeting pour afficher son unité contre la candidature contestée d’Alassane Ouattara à un troisième mandat le 31 octobre. L'opposition ivoirienne s'est affichée unie pour la première fois autour de l'ancien président Henri Konan Bédié contre la candidature d'Alassane Ouattara à un troisième mandat.

Cette manifestation a rassemblé pour la première fois de nombreux leaders, de l'ancien président Henri Konan Bédié, candidat à 86 ans du Parti démocratique de Côte d'Ivoire, principal parti d'opposition, à des représentants des grands absents de la présidentielle, l'ancien président Laurent Gbagbo, en liberté conditionnelle en Belgigue, et l'ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, en exil en France et recherché par la justice ivoirienne.

Longtemps divisée, l'opposition ivoirienne a tenu samedi 10 octobre un premier grand meeting, attirant quelque 30 000 personnes au stade Félix-Houphouët-Boigny d'Abidjan pour présenter un front uni contre la candidature controversée du président Alassane Ouattara à un troisième mandat à la présidentielle du 31 octobre. « Mobilisation extraordinaire des Ivoiriens au stade Félix Houphouët Boigny, samedi, l’opposition tout feu tout flamme contre Ouattara.», barre à sa Une le confrère Le Temps. Le confrère Le Nouveau réveil, lui évoque un probable ‘’boycott de la présidentiel’’.

Faut-il, le rappeler, la crainte de violences électorales est forte en Côte d'Ivoire, dix ans après la crise post-électorale de 2010-2011 qui avait fait 3 000 morts, après le refus du président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite électorale face à Alassane Ouattara. Une quinzaine de personnes sont mortes en août dans des violences survenues dans le sillage de l'annonce de la candidature du président Ouattara.

Maxime KOUADIO

Maxime KOUADIO

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome