La Côte d’Ivoire au bord de l’implosion à quelques jours de la présidentielle, ça sent le soufre


19/10/2020
La Côte d’Ivoire au bord de l’implosion à quelques jours de la présidentielle, ça sent le soufre
La tension ne risque pas de retomber de sitôt alors que l’ancien président, Henri Konan Bédié, a appelé le dimanche 20 septembre, au nom de l’opposition, à la ‘’désobéissance civile’’ face à la ‘’forfaiture’’ de la candidature controversée d’Alassane

La présidentielle d’octobre 2020, le climat socio-politique qui prévaut, la désobéissance civile, sont entre autres, les sujets qui cristallisent l’attention de la presse ivoirienne ce lundi 19 octobre 2020.

Le premier tour de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire aura lieu le 31 octobre 2020. Un scrutin qui suscite une certaine inquiétude dans le pays et à l'étranger, tant les tensions sociopolitiques s'accroissent à l'approche de l'échéance. A 02 semaines de ce scrutin aux lendemains incertains, l’opposition ivoirienne, pilotée par Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire vient de mettre en œuvre la désobéissance civile. Objectif, interpeller le président de la République, Alassane Ouattara sur son projet de troisième mandat validé par le Conseil Constitutionnel.

Après avoir dit qu'il ne se représenterait pas, Alassane Ouattara briguera finalement un troisième mandat, dont la légalité est contestée par les opposants. Plusieurs chefs de file de l'opposition, tels Guillaume Soro, Laurent Gbagbo, Albert Mabri Toikeusse, Mamadou Koulibaly, ont vu leurs candidatures rejetées par le Conseil constitutionnel. Depuis que le président Alassane Ouattara a confirmé le 06 août son intention de briguer un troisième mandat, des violences ont éclaté dans différentes villes du pays. Le bilan fait état d’une quinzaine de morts, principalement des jeunes hommes.

La tension ne risque pas de retomber de sitôt alors que l’ancien président, Henri Konan Bédié, a appelé le dimanche 20 septembre, au nom de l’opposition, à la ‘’désobéissance civile’’ face à la ‘’forfaiture’’ de la candidature controversée d’Alassane Ouattara. A l’heure actuelle, le mode opératoire de la désobéissance semble prendre forme. Des manifestations ont déjà été observées à Bongouanou, Kpouêbo dans le département de Toumodi et à Bangolo, localité située à l’ouest de la Côte d’Ivoire. « Situation socio-politique explosive, la Côte d’Ivoire au bord de l’implosion, la tension très vive à l’intérieur du pays. », barre à sa Une le confrère Le Quotidien d’Abidjan. Dans la même veine, le quotidien L’inter titre ceci : « Attention, ça sent le soufre ! ».

                                                                                                                                                

Maxime KOUADIO

Maxime KOUADIO

|

  • SOURCE: Linfodrome

Videodrome