Côte d'Ivoire

Le pouvoir Ouattara souffle le chaud et le froid


30/04/2013
Amis de linfodrome.com, bienvenue à notre revue de presse de ce mardi 3 avril 2013. Dans ce numéro, nous aurons comme sujets les explications du Président Ouattara, poursuites judiciaires et la situation de la coalition au pouvoir. Bonne lecture!

Les explications du Président Ouattara

L’interview accordée à Jeune Afrique par le chef de l’État Alassane Ouattara est parue hier. Dans cette interview, L’inter titre que « Ouattara assène ses vérités ». En effet, au sujet de la Commission de réconciliation, il dira : « malgré ce que disent les mauvaises langues, elle travaille beaucoup, c’est une certitude…Elle me remettra ses recommandations. Attendons avant de la juger ». Concernant Simone Gbagbo, Alassane Ouattara a dit qu’il n’a pas décidé de ne pas l’envoyer à la Cour Pénale Internationale (CPI) : « Non, je n’ai rien décidé », a-t-il déclaré. Quant à la gouvernance par ordonnance, le chef de l’État a répondu que « je ne suis pas le premier en Côte d’Ivoire à prendre des ordonnances. Tous mes prédécesseurs l’ont fait ». Quant aux couacs avec le Front Populaire Ivoirien, il a confié que « trop d’armes ont circulé et trop de jeunes ont été manipulés à des fins violents. C’est sans doute le défi, car il y avait une véritable volonté de déstabilisation de la part des partisans de l’ancien régime. Voilà pourquoi, ils n’ont jamais voulu participer au processus politique (…). Sans doute, espéraient-ils un changement de régime par la force », a rapporté L’Intelligent d’Abidjan. Par rapport à la guerre Soro-Hamed Bakayoko, le Président Ouattara pense que c’est une imagination de la presse. Cependant, il dit : « je les connais bien tous les deux, et s’il y eu des incompréhensions, elles ont été réglées », relaye L’Expression, qui ajoute que, concernant la situation de la Côte d’Ivoire, le Président Ouattara a dit : « je ne savais que le pays était tombé si bas ». C’est ce qui le conduit à solliciter un deuxième mandat.

Poursuites judiciaires

Le ministre de la Justice a animé une conférence de presse, hier, concernant la situation judiciaire en Côte d’Ivoire. Mamadou Coulibaly Gnénéma a fait des révélations sur le cas des prisonniers pro-Gbagbo. À en croire Soir Info, le ministre a affirmé que « le gouvernement n’est pas fermé à la réconciliation. Très bientôt, dans les prochains jours, nous poserons des actes dans ce sens ». S ‘agissant de Simone Gbagbo, il a dit : « nous sommes en train de réfléchir à la réponse à donner à la CPI. Ce n’est pas une réflexion facile car les enjeux sont importants. Il est important qu’on sache que le gouvernement n’a aucune animosité envers Simone Gbagbo ou quelqu’un d’autre. Il y a plusieurs objets dans la balance ». Mais Le Nouveau Courrier a écrit que « Gnénéma se moque des Ivoiriens » au sujet du trafic illicite de diamant, d’or, de bois de teck et de cacao, auquel s’adonnent des FRCI, chefs de l’ex-rébellion des Forces Nouvelles. Sur la question, il a affirmé que « le Président de la République et tout le gouvernement ne peuvent pas protéger des gens qui volent, parce que c’est du vol. Si on nous dit que celui là a volé, voici la preuve, nous on le poursuit… ». Cette réponse fait rire le journal, étant donné que les experts de l’ONU ont écrit dans leur rapport que ce sont les autorités ivoiriennes qui ont donné les chiffres sur la contrebande. Par conséquent, ce qu’il y a lieu de faire, c’est de poursuivre les mis en cause, écrit le journal qui a donc demandé à Ouattara d’ordonner une enquête. Mais le dernier rapport de l’ONU sur la Côte d’Ivoire qui incrimine aussi des pro-Gbagbo et qui intervient à quelques semaines du verdict de la CPI sur l’audience de confirmation des charges contre Laurent Gbagbo, ajouté aux démêlés de Me Altit, Le Temps relève que c’est un plan de l’ONU pour piéger Laurent Gbagbo afin qu’il soit pas libéré. La preuve est l’évocation « d’une piste islamiste » chez les partisans de Gbagbo.

Rapports au sein du RHDP

Il se passe des choses au sein du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), depuis les dernières élections locales. L’Expression révèle qu’il y a un « clash entre les barons du Rassemblement Des Républicains (RDR) », après la gifle des indépendants, surtout que le Secrétaire général du parti a été battu par un indépendant. Lors d’une réunion extraordinaire, des cadres ont demandé la tenue dans deux mois d’un congrès pour renouveler la direction du parti, quant un autre groupe a voulu une restructuration immédiate de la direction, en attendant la tenue du congrès, selon les textes du parti. Par contre chez l’allié du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), on se congratule. L’ex-premier ministre Ahoussou Kouadio a déclaré dans Le Nouveau Réveil que « le sursaut du PDCI fait chaud au cœur ». En revanche, il a dit que « le PDCI et le RDR ne doivent pas oublier l’engagement pris sur la tombe d’Houphouët ». Il faut noter que le PDCI fête ce mois ses 67 ans. Contrairement à ceux qui affirment que le RHDP vit encore, le président du Mouvement des Forces d’Avenir (MFA), Anaky Kobena, dit « le RHDP est bel et bien mort… L’union au sein du RHDP n’était qu’une illusion… Voici un pays où, comme dans tous les pays au monde, on devrait avoir un bloc au pouvoir et un autre dans l’opposition. Mais le bloc au pouvoir a prouvé qu’il n’est pas uni », lit-on dans Fraternité Matin.

BONNE FÊTE DU TRAVAIL!

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2