Simone Gbagbo fait des vagues, Ouattara accusé


10/05/2013
Les conditions du retour de Simone Gbagbo en "résidence surveilleé" à Odienné fait des vagues . Ph D.R
Le retour de Simone Gbagbo en prison, la situation au FPI, PDCI et au RDR, l’hommage aux Éléphanteaux et les examens de fin d’année sont nos sujets dans la revue de presse de ce vendredi 10 mai 2O13. Amis lecteurs, bienvenus sur linfodrome.com et bonne lecture !

Retour de Simone en prison

La sortie de Simone Gbagbo de l’hôpital, pour un retour en résidence surveillée à Odienné, semble n’avoir pas été faite dans les règles de l’art. Le Mandat parle d’un « film western » qui se serait produit. Selon lui, le mercredi 8 mai, des éléments des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire ont fait irruption dans la chambre d’hospitalisation de Simone Gbagbo, déclarant être venus la ramener Odienné, par ordre du ministre de la Justice. Et, en croire la sœur de l’ex-première Dame qui était avec elle, c’est un éminent professeur en traumatologie qui a aidé les militaires dans cette opération en la faisant sortir par le sous-sol de la polyclinique. « Le professeur propose alors aux FRCI d’attendre qu’il l’endorme afin de leur faciliter la tâche. C’est exactement ce qui s’est passé ». Cependant, on lit que Simone ne voulait pas sortir de l’hôpital et c’est en tenue d’hospitalisation qu’elle a été embarquée dans l’ambulance. La direction du Front Populaire Ivoirien (FPI) a déclaré que c’est sous anesthésie que Simone a été emmenée vers une destination inconnue, a rapporté plusieurs journaux. Ce qui s’est passé est, à en croire Notre Voie, « un honteux enlèvement » dont il donne les dessous. Selon lui, si le pouvoir a précipité son retour, d’une part, c’est parce qu’à la demande Simone, Michel Gbagbo qui lui-même est interné dans cette clinique lui a rendu visite. De l’autre côté, il affirme que c’est par peur que la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA), où Simone avait été annoncée, ne devienne un lieu de pèlerinage pour les militants du FPI. Cette peur a été suscitée par l’engouement qu’a provoqué chez les militants du FPI la visite du parti à Aboudramane Sangaré, transféré de la prison de Daloa à la MACA. Mais de quoi souffrait Simone Gbagbo et qui a valu sa présence à la PISAM ? Soir Info nous le dit. Il s’agit « de plaies et autres contusions de mauvaise augure », a affirmé une source à la PISAM. Qui a précisé que « Simone Gbagbo était à deux doigts de perdre sa voûte crânienne du fait de ces plaies très complexes ». Ce qui explique que sa tête ait été soigneusement enveloppée d’un bandage, au moment de son retour à Odienné, a ajouté cette même source.

Situation dans les partis politiques

Au Rassemblement Des Républicains (RDR), L’Expression écrit que la base militante grogne et exige une nouvelle direction. Des secrétaires de section de Bouaké ont dénoncé, au cours d’une conférence de presse, certaines pratiques lors des élections municipales et régionales. « Le RDR a été victime du copinage, du clientélisme et du favoritisme » de la direction tenue par Amadou Soumahoro, a dit Yabré Youssouf. Il a déclaré qu’Amadou Soumahoro qui a été battu auxdites élections par un candidat indépendant sorti du parti « s’est disqualifié. Il ne peut pas conduire le RDR à la victoire en 2015 ». 2015, on y pense aussi au Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Le PDCI aura un candidat en 2015 ou bien soutiendra t-il au nom de l’alliance la candidature de Ouattara ? demande Le Nouveau Réveil. D’après le quotidien, cette question brûle toutes les lèvres, et ça bouillonne au sein du parti qui n’a pas encore pris officiellement position. Mais cette question aura sa réponse au cours du congrès qui aura lieu en octobre prochain. Quant au FPI, son président par intérim, Miaka OUreto est rentré de voyage en Europe, où il passé trois semaines. Au sujet dal situation sociopolitique en Côte d’Ivoire, il a « noté qu’un certain nombre d’actes était été posé de façon désordonnée, de nature à créer l’émoi et à nous amener à créer le bordel ». Parlant du verdict de l’audience de Gbagbo que tous attendent, Miaka a relevé que le pouvoir cherche à donner des prétextes pour noyer son chien. « S’ils veulent, ils n’ont qu’à éliminer Simone, mais je crois qu’ils ne peuvent pas », a-t-il affirmé. Mais Le Patriote considère que le FPI et Mamadou Koulibaly, président de LIDER, sont une menace pour le pays parce qu’ils « ressuscitent les thèses qui ont amené la guerre ». Il demande qu’ils soient « stoppés dès maintenant ». Il dénonce des propos xénophobes, tribalistes et racistes de ces responsables politiques contre le chef de l’État, par rapport au problème foncier et le cas Amadé Ouérémi. Quant à l’ex-maire FPI de Yopougon, Gbamnan Félicien, il affirme que « le FPI doit s’humilier et demander pardon pour les fautes que nous avons commises », selon l’adage qui dit que la main qui demande est toujours en bas, lit-on dans Nord-Sud Quotidien.

Hommage aux Éléphanteaux et composition des examens

Les Éléphanteaux, vainqueurs de la Coupe d’Afrique des Nations des cadets, ont été reçus par le chef de l’État, le mercredi 8 mai. Le Président de la République leur a rendu hommage nous dit Fraternité Matin. « C’est un moment de joie pour moi et pour les Ivoiriens. Chers Éléphanteaux, bravo ! Vous êtes champions d’Afrique, nous sommes particulièrement fiers de vous pour cette excellente prestation », a dit Alassane Ouattara. Les joueurs ont reçu chacun cinq millions. Le staff technique, la FIF et le comité d’animation ont été aussi récompensés. L’équipe ivoirienne a été élevée au grade de chevalier de l’Ordre du mérite du sportif ivoirien, a ajouté L’Expression. Quant aux examens à grand tirage, les dates de composition ont été fixées par le gouvernement au cours du dernier conseil des ministres, le mercredi 8 mai. Le CEPE, BEPC et BAC 2013, débuteront le 28 mai et prendront fin le 28 juin, rapporte L’inter et dans Le Patriote.

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2