Covid-19/Koumassi : La grève des contractuels du ministère de la Santé met en péril, la santé des ivoiriens


22/05/2020
Covid-19/Koumassi : La grève des contractuels du ministère de la Santé met en péril, la santé des ivoiriens
Où est passé l'argent des agents contractuels de la santé
Les centres de santé en Côte d'Ivoire fonctionnent à moitié. Les agents contractuels du ministère de la Santé et de l'Hygiène publique sont en grève, depuis le mardi 19 mai 2020. En raison des primes impayées des agents contractuels dudit ministère. Selon le constat fait à l'hôpital général de Koumassi, cette révolte met en péril la santé des populations.

Le vendredi 22 mai 2020, soit après 4 jours d'observation de cette grève instituée par le Syndicat des Agents Administratifs de la Santé de Côte d'Ivoire ( SYNAA-CI) , ce sont les populations qui en souffrent. L'entretien de l'hôpital n'est pas fait correctement par les agents commis à cette tâche, or nous savons que la saleté ne rime pas avec la santé. Cet arrêt de travail pourrait engendrer d'autres conséquences à ces patients venus chercher du secours à l'hôpital. La grande caisse est également fermée, les caissiers présents dans la cours de l'établissement sanitaire refusent d'ouvrir le guichet afin d'orienter les patients en leur délivrant des tickets de consultation. Quant à l'ambulance, elle est garée et le conducteur refuse de transporter les malades. Voici entre autres l'atmosphère qui règne à l'hôpital général de Koumassi depuis que le mot d'autre a été lancé par les responsables syndicats.

Les agents contractuels (caissiers, ambulanciers, aides-soignants, techniciens de surface, etc.) présents sur les lieux de travail refusent de vaquer à leurs occupations. Ils revendiquent leur prime de travail concernant la pandémie à coronavirus. Pour eux, c'est une injustice d'avoir été oubliés par l’État de Côte d'Ivoire. Comme les médecins, infirmiers, sages-femmes, aides soignant en un mot, les fonctionnaires de l’État, ils sont aussi des personnes à risque au covid-19. C'est pour cette raison, qu'ils demandent au président de la République, Alassane Ouattara de donner la prime qui leur est destinée.

« Nous sommes scandalisés par ce traitement illégal de la part de nos autorités », scande une gréviste à l'hôpital de Koumassi. Selon elle, cette maladie ne met pas de différence entre les humains, elle touche tout le monde surtout les agents de santé qui eux sont en contact permanent avec les patients. « Je me suis occupée personnellement d'un cas de covid-19 dans ce centre hospitalier. Le malade a fait les sels sur lui, je l'ai nettoyé avant son transfert au service des maladies infectieuses de Treicheville (SMIT). Mes responsables m'ont demandé de rentrer à la maison et d'observer ma quarantaine, Dieu merci mes résultats au covid-19 se sont avérés négatifs. J'avais peur de contaminer mon entourage et ma famille. », nous a relaté G.F, agent d'hygiène à l'hôpital de Koumassi. Quant à M.K l'ambulancier de son état, il soutient avoir conduit des malades du covid-19, mais a été également oublié à l'heure du partage de la prime.

Dans l'optique d'avoir plus d'information, l'équipe de « Linfodrome.CI » s'est rendue à la direction dudit centre sanitaire malheureusement, elle sera très vite refoulée par l’administration en l’occurrence, l'économe et le Directeur de l'hôpital. Aussi, avec toutes ses plaintes, sommes-nous tentés de savoir où est réellement passé la prime des agents contractuels du ministère de la Santé et de l'Hygiène Publique ? L’État les a-t-il tous omit dans le dispatching? Où n'ont-ils pas droit à ces primes ? Vivement, que la lumière soit faite sur cette affaire qui n'honore pas le gouvernement ivoirien et qui met en péril la santé des populations ivoiriennes.

Mélèdje Tresore
MELEDJE Trésore

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome