Côte d’Ivoire : Le tabagisme tue 5.000 personnes par an, l’appel du ministère de la Santé aux acteurs des médias et à la population

Santé
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
cote-d-ivoire-le-tabagisme-tue-5-000-personnes-par-an-l-appel-du-ministere-de-la-sante-aux-acteurs-des-medias-et-a-la-population Le ministère de la santé et ses partenaires souhaitent réduire le taux de mortalité lié au tabagisme.

Mieux vaut prévenir que guérir ! Cet adage est bien perçu par le ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle qui entend œuvrer pour limiter les effets pervers de la consommation du tabac sur les populations. Pour ce faire, il vient d’initier une campagne de sensibilisation de masse anti-tabac. Placée sous le thème : « Pour sauver des vies, respectons la loi anti-tabac. », cette campagne de sensibilisation se veut en phase avec les nouvelles lois portant sur l’usage du tabac.

Avec une mortalité globale de 5.000 décès par an, la prévalence au tabagisme est passée, de 13% à 14,6% de 2005 à ce jour ; avec une poussée plus importante chez les jeunes. Des chiffres qui inquiètent sérieusement le ministère de la Santé qui associe pour la campagne 2021, les acteurs des médias, les influenceurs et les artistes pour sensibiliser les populations, notamment la jeunesse sur les risques liés à la consommation du tabac. Objectif, renforcer les mesures prises par le gouvernement, pour freiner l’épidémie de tabagisme, en forte croissance en Côte d’Ivoire.

Il s’agit notamment, de la réduction de l'offre et la demande du tabac, de l’augmentation des taxes sur les produits liés au tabac, de l’interdiction, de la publicité, de la propagande, du sponsoring, du mécénat direct ou indirect des produits du tabac. A cela s’ajoute, le décret pris en 2012, portant interdiction de fumer dans les lieux publics, afin de protéger les populations non-fumeurs. Du protocole signé en septembre 2013 par le gouvernement, pour l’élimination du commerce lié aux produits illicites du tabac.

« Le tabac est dangereux. L’Etat dépense chaque année 24 milliards de francs CFA pour soigner les maladies liées au tabac contre 18 milliards de taxe. », interpelle le directeur coordonnateur du Programme national de lutte contre le tabagisme, l’alcoolisme et les autres addictions (PNLTA).

Pour le directeur de cabinet adjoint du ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle, prof. Soro Kountélé Gona, le défi, c’est d’inverser la tendance. « La Côte a pris dans ce sens une loi anti-tabac. Cependant, force est de constater que, cette loi n'est connue de tous. Même si nul n’est censé ignorer la loi. Avant de passer à la phase de répression, il nous est paru nécessaire que cela fasse l’objet de promotion, de vulgarisation. Cette campagne a pour but d'amener les populations à prendre conscience des dangers du tabagisme. », a dit prof Soro. Avant de lancer un appel solennel aux responsables des médias, aux journalistes, aux artistes, influenceurs, aux responsables des lieux publics, restaurants, bars, maquis sur la nécessité de respecter scrupuleusement la loi anti-tabac pour dit-il, ‘’sauver des vies’’.


« Consommer le tabac favorise l’apparition de la forme grave de la maladie à coronavirus qui est une pandémie qui est d’actualité. Fumer la cigarette détruit les poumons et la maladie à coronavirus détruit également les poumons. Mathématiquement parlant, il s’agit de deux agresseurs contre les poumons. C’est pourquoi, je vous demande de vous abstenir de consommer le tabac, de vous faire vacciner contre la Covid-19. Utilisons le vaccin pour se protéger. », a martelé le représentant du ministre Pierre Dimba sous l’œil approbateur de Jean Claude Coulibaly, le président de l’Union des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci). Il entend de ce fait, mettre toute sa corporation au service de la lutte contre le tabac.

« Si nous ne le faisons pas, cela va négativement impacter la population. La meilleure arme pour la lutte contre le tabac, c’est la prévention, la sensibilisation. Il est important que les journalistes soient en première ligne dans ce combat, car ce sont eux, les professionnels de la communication. Ce sont eux, qui manient mieux la sensibilisation, la communication. A l’Unjci, nous avons décidé de prendre le taureau par les cornes, faire en sorte que ce fléau soit endigué. », a laissé entendre Jean Claude Coulibaly.

Le tabagisme fait plus de 8 millions de victimes chaque année dans le monde. Plus de 7 millions de ces décès sont dus à la consommation de tabac proprement dite et environ 1,2 million au tabagisme passif. Il est également connu pour être un facteur de risque de nombreuses infections respiratoires et il aggrave les maladies respiratoires. Des experts de la santé publique réunis par l’OMS le 29 avril 2020 pour faire un bilan des études ont conclu que les fumeurs risquaient davantage de contracter une forme sévère de la COVID-19 que les non-fumeurs.

Selon ces derniers, le fait de fumer affaiblit la fonction pulmonaire, rendant l’organisme moins résistant aux coronavirus et à d’autres agents pathogènes. Le tabagisme est aussi un important facteur de risque de maladies non transmissibles comme les maladies cardiovasculaires, le cancer, les affections respiratoires et le diabète, et les personnes souffrant de ces pathologies risquent davantage de faire une maladie grave si elles sont infectées par le virus de la COVID-19. Les travaux de recherche existants semblent indiquer que le risque de maladie grave et de décès est plus élevé chez les fumeurs.

Maxime KOUADIO