Covid-19 : Une étude de l'Université d'Oxford soutient l'utilisation du vaccin AstraZeneca comme troisième dose de rappel contre Omicron

Publié le Modifié le
covid-19-une-etude-de-l-universite-d-oxford-soutient-l-utilisation-du-vaccin-astrazeneca-comme-troisieme-dose-de-rappel-contre-omicron Le vaccin Astrazeneca augmente les niveaux d'anticorps contre le variant Omicron du SRAS-CoV-2 après une troisième dose de rappel.
Santé

Le vaccin AstraZeneca COVID-19 a considérablement augmenté les niveaux d'anticorps contre le variant Omicron du SRAS-CoV-2  après une troisième dose de rappel, selon les données d'une nouvelle étude en laboratoire.

Les titres de neutralisation d'Omicron

Les titres de neutralisation d'Omicron ont été renforcés après une troisième dose du vaccin AstraZeneca COVID-19 par rapport aux titres obtenus après une deuxième dose.Les niveaux observés après la troisième dose de rappel étaient plus élevés que les anticorps neutralisants trouvés chez les individus qui avaient été précédemment infectés par COVID-19 (variants Alpha, Beta, Delta et souche originale) et s'en étaient remis naturellement.

 Les sérums obtenus des individus un mois après avoir reçu la troisième dose de rappel ont neutralisé le variant Omicron à des niveaux largement similaires à ceux observés un mois après la deuxième dose contre le variant Delta. Deux doses du vaccin AstraZeneca COVID-19 ont été associées à une protection contre le variant Delta dans des études en conditions réelles.

Les conditions de l’étude

L'étude a analysé des échantillons de sang prélevés chez des personnes infectées par le COVID-19, chez celles qui avaient été vaccinées selon un schéma à deux doses et une troisième dose de rappel, et chez celles qui avaient signalé une infection antérieure par d'autres variants préoccupants du COVID-19.

L'étude a porté sur des échantillons provenant de 41 personnes qui avaient reçu trois doses du vaccin AstraZeneca COVID-19.L'étude a été réalisée indépendamment par des chercheurs de l'Université d'Oxford et les résultats ont été publiés en ligne sur le serveur de préimpression bioRxiv. 

Il est très encourageant de constater que les vaccins actuels ont le potentiel de protéger contre Omicron après une troisième dose de rappel.

Le Professeur Sir John Bell, Professeur Regius de médecine à l'Université d'Oxford (Royaume-Uni) et l'un des investigateurs de l'étude, a déclaré : "Il est très encourageant de constater que les vaccins actuels ont le potentiel de protéger contre Omicron après une troisième dose de rappel.

Ces résultats soutiennent l'utilisation de la troisième dose de rappel dans le cadre des stratégies nationales de vaccination, notamment pour limiter la propagation des variants préoccupants, dont Omicron." 

Le vaccin AstraZeneca COVID-19 joue un rôle important dans les programmes de vaccination du monde entier

M. Mene Pangalos, Vice-Président Exécutif, R&D BioPharmaceutique, AstraZeneca, a déclaré : "Le vaccin AstraZeneca COVID-19 joue un rôle important dans les programmes de vaccination du monde entier et ces données nous confortent dans l'idée que le vaccin doit être administré en tant que troisième dose de rappel.

Il est également important de regarder au-delà des anticorps pour mieux comprendre comment les vaccins offrent une protection contre Omicron. Au fur et à mesure que nous comprenons mieux Omicron, nous pensons que nous découvrirons que la réponse des cellules T offre une protection durable contre la maladie grave et les hospitalisations."


La troisième dose du vaccin Astrazeneca, efficace contre le variant Omicron

Les données d'une autre étude en laboratoire confirment l'effet du vaccin AstraZeneca COVID-19 contre Omicron; les personnes vaccinées avec deux doses du vaccin conservant une activité neutralisante contre Omicron, bien qu'une diminution ait été observée par rapport à la souche originale.

Dans d'autres études, il a été démontré que le vaccin AstraZeneca COVID-19 génère une réponse diversifiée et durable des cellules T à de multiples variants. Cela provoque une réponse plus large que les anticorps seuls, et peut contribuer à la protection contre le COVID-19.

Des essais toujours en cours

AstraZeneca est en train de recueillir des preuves du monde réel évaluant l'efficacité contre le variant Omicron avec des groupes universitaires dans la région de l'Afrique australe.

En outre, AstraZeneca analyse des échantillons de sang prélevés sur les participants à l'essai de phase II/II de la société afin d'évaluer l'activité neutralisante lorsqu'elle est utilisée comme troisième dose de rappel contre Omicron pour le vaccin COVID-19 d'AstraZeneca ; ainsi que son vaccin candidat COVID-19 de nouvelle génération, l'AZD2816. Les données de ces études sont attendues prochainement. 

 Les données disponibles contre les variants

Les données actuellement disponibles contre les variants préoccupants, à l'exception d'Omicron, plaident également en faveur de l'utilisation d'une troisième dose de rappel du vaccin AstraZeneca COVID-19 selon un schéma homologue ou hétérologue.

 Parallèlement, une sous-analyse des essais COV001 et COV002 a montré qu'une troisième dose du vaccin COVID-19 d'AstraZeneca, administrée au moins six mois après une deuxième dose, multipliait par six les taux d'anticorps et maintenait la réponse des lymphocytes T.

 Une troisième dose a également entraîné une activité neutralisante plus élevée contre les variants Alpha, Beta et Delta, par rapport à un schéma à deux doses. Lors de l'essai, la troisième dose du vaccin AstraZeneca COVID-19 s'est avérée moins réactogène que la première dose.

De même, l'essai COV-BOOST a montré qu'une troisième dose de rappel du vaccin AstraZeneca COVID-19 induisait des réponses immunitaires significativement plus élevées par rapport aux témoins contre le variant Delta et la souche originale après une série de vaccins primaires du vaccin AstraZeneca COVID-19 ou Pfizer BioNtech (BNT162b2).

Parfait KOFFI

Vidéo