Santé/Allergie : voici ces 6 allergies alimentaires les plus courantes

Publié le
sante-allergie-voici-ces-6-allergies-alimentaires-les-plus-courantes Le blanc de l’œuf est généralement plus allergisant que le jaune car il contient plusieurs protéines .
Santé

L’allergie alimentaire est un ensemble de manifestations anormales (troubles digestifs, difficultés respiratoires, éruptions cutanés, …), qui survient après l’ingestion d’un aliment particulier, alors appelé «allergène».

 Six allergies alimentaires les plus courantes

Toute d’abord, il faut savoir que ce type d’allergie se déclare en deux temps. Lors d’un premier contact avec l’allergène, l’organisme est sensibilisé. Il va produire des anticorps (immunoglobulines E), qui vont se fixer sur des mastocytes, des cellules immunitaires.

Les symptômes - nausées, vomissements, diarrhée, urticaire, eczéma, difficultés à respirer - surviennent généralement quelques minutes après l'ingestion.

 Ce n’est que lorsque la personne consomme à nouveau l’allergène, que la réaction allergique se déclenche. Les mastocytes sont alors stimulés et libèrent des substances comme l'histamine, provoquant des signes inflammatoires.

 L'allergie aux œufs

Le blanc de l’œuf est généralement plus allergisant que le jaune car il contient plusieurs protéines responsables de la majorité des allergies à l’œuf, à savoir l'ovalbumine, l'ovomucoïde, l'ovotransferrine et le lysozyme. Toutefois, étant donné qu’il est difficile de séparer parfaitement ces deux parties, il vaut mieux bannir cet aliment de son alimentation si on y est sensible. Les symptômes - nausées, vomissements, diarrhée, urticaire, eczéma, difficultés à respirer - surviennent généralement quelques minutes après l'ingestion.

L'allergie au lait de vache

L’allergie aux protéines de lait de vache (APLV) touche surtout les nourrissons et les enfants de moins de trois ans. Les protéines allergisantes sont généralement les caséines, la lactalbumine, ou encore la bêta-lactoglobuline. Elle peut se manifester via des signes digestifs aigus ou cutanés. Attention à ne pas confondre l’allergie et l’intolérance au lactose, le sucre présent dans le lait.

 L'allergie aux fruits à coque

L’ingestion de fruits à coque (noix, noisettes, amandes, pistaches, noix de pécan …) peut engendrer chez certaines personnes des démangeaisons, des crampes abdominales, et dans les cas les plus graves, un choc anaphylactique, une chute brutale de la tension artérielle entraînant une détresse respiratoire. Tout produit dont la liste d'ingrédients porte la mention «peut contenir des traces» d’oléagineux représente également un risque de réaction et doit être évité.

 L’allergie à l’arachide

La graine d’arachide, ou cacahuète, contient des protéines au fort pouvoir allergisant et appartient à la famille des légumineuses. Une personne allergique à l’arachide peut ainsi développer des allergies croisées avec les petits pois, le soja, les lentilles, ou encore les haricots. Il faut savoir qu’une fois sur deux, l'allergie à l'arachide est également associée à une allergie aux fruits à coque. Elle se développe généralement chez les enfants âgés entre 14 et 24 mois et son principal traitement est un régime d’éviction.

 L’allergie aux fruits

Autres aliments susceptibles de provoquer une allergie : les fruits. Et plus précisément, les fruits de la famille des rosacées, comme les pêches, les abricots, les pommes, les prunes, les cerises ainsi que les fraises et les framboises. La réaction allergique peut se déclencher quelques minutes à 2h après l’ingestion. Cette allergie se manifeste le plus souvent par des réactions au niveau buccal (gonflement de la langue, sensations de picotements, brûlures au niveau des lèvres…).

L’allergie aux produits de la mer 

Enfin, on peut citer l’allergie aux produits de la mer : les poissons (anchois, morue, hareng, saumon, truite, thon…), certains crustacés (crabe, écrevisse, homard, crevette…) et coquillages, tels que les palourdes, les moules et les huîtres. Elle engendre généralement des bouffées de chaleur au visage, un gonflement des yeux, du visage, des lèvres, des symptômes digestifs, mais aussi une respiration sifflante. A noter toutefois qu’une personne allergique aux poissons n’est pas nécessairement allergique aux fruits de mer (crustacés, mollusques), et vice-versa.