Religion: De graves révélations sur l’organisation du pèlerinage chrétien

L’église catholique désavoue la direction des Cultes
21/11/2013
La Conférence épiscopale affirme n’avoir pas été associée à l’organisation du pèlerinage 2013, et s’insurge contre ceux qui utilisent son nom (Ph. DR)
Chez les chrétiens, le pèlerinage reste une marque de piété ; et les centres de pèlerinage ne manquent pas à travers le monde. C’est pourquoi, chaque année, ils sont nombreux les chrétiens ivoiriens qui prennent d’assaut les villes de Lourdes, Jérusalem, Rome et des pays comme l'Espagne, le Portugal, etc. en vue d’un ressourcement dans la foi et la conscience ecclésiale.

Malheureusement, l’organisation de ce grand rendez-vous spirituel au titre de l’année 2013, se déroule sur fond de crise. Les chrétiens catholiques accusent la direction générale des Cultes de ne pas les associer dans un projet de voyage qui le concerne directement. De quoi s’agit-il ? Pour le pèlerinage à Lourdes, cette année, la direction générale des Cultes a décidé de confier son organisation à une agence de voyage dont nous taisons le nom. Contre toute attente, presque tous les 200 pèlerins sélectionnés se sont vu refuser le visa. «La vérité, c’est que cette agence retenue a été fichée à l’ambassade de France en Côte d’Ivoire comme étant une agence favorisant l’immigration clandestine. Pour obtenir les visas, celle-ci a eu recours à une autre ambassade dans un pays voisin en vue de disposer du précieux sésame. Malheureusement, 108 dossiers ont été rejetés sur les 200 présentés », a révélé un interlocuteur qui a souhaité garder l’anonymat.

En clair, des candidats au voyage en Europe ne manquent pas d’intégrer des circuits de pèlerinage pour réaliser leur rêve.C’est pour mieux démêler cet imbroglio que nous avons joint par téléphone, dans l’après-midi d’hier, la direction nationale des œuvres catholiques à qui la Conférence épiscopale de Côte d’Ivoire a confié l’entière responsabilité de l’organisation des pèlerinages. Et là, les responsables de cette structure n’ont pas perdu leur latin. «L’église catholique ne se reconnait pas dans ce pèlerinage. La Conférence épiscopale n’a pas été associée à son organisation. C’est la direction générale des Cultes qui l’organise ; mais pour le compte de qui ? », s‘est inquiété notre interlocuteur. C’est d’ailleurs à juste titre que la direction nationale des œuvres catholiques annonce une rencontre avec la presse dès la semaine prochaine, pour ‘’apporter des éclairages sur l’organisation de ce pèlerinage et ceux qui utilisent le nom de l’église catholique pour parvenir à leurs fins’’.

A noter que l’implication de la direction générale des Cultes dans l’organisation du pèlerinage a emporté, en 2012, l’ex-directeur général des Cultes, dame Dao Diaby. Outre la suspicion de malversation qui pesait sur elle, il lui était également reproché la violation de l’article 29 du décret n° 2011-388 du 16 novembre 2011 portant organisation du ministère d’Etat, ministère de l’Intérieur et de la Sécurité. Lequel stipule que le rôle de la direction générale des Cultes est d’encadrer l’organisation et d’assurer le suivi des pèlerinages et visites des lieux saints.

G. DE GNAMIEN

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

G de Gnamien

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2

Videodrome