Misère en Afrique : Sam Obikoi (chef adjoint de Ingrakon):" La sorcellerie est un fléau qu'il faut combattre"


03/12/2013
Sam Obikoi, chef adjoint de Ingrakon, son village natal, dans la sous-préfecture d'Alépé, vient de faire paraître « l'énigme », un roman de 131 pages.

Sam Obikoi, chef adjoint de Ingrakon, son village natal, dans la sous-préfecture d'Alépé, vient de faire paraître « l'énigme », un roman de 131 pages. Le jeudi 28 novembre 2013, lors de la cérémonie de dédicace, au Plateau, il a déclaré : « La sorcellerie est un fléau qu'il faut combattre. Il n'y a pas un seul jour où dans nos village on ne subit pas la sorcellerie. C'est la peste d'Afrique ». En fait, dans son roman, le conseiller pédagogique du préscolaire et du primaire, à la Direction des Ecoles, Lycées et Collèges, et chef de Service études prospectives à la sous-direction de l'Education pour tous au ministère de l'Education nationale et de l'enseignement technique, présente la misère caractérisée par la lutte permanente entre les bons et les mauvais, les sorciers et leurs proies.

L'oeuvre plonge de plain-pied dans un univers où les « génies » et ceux qui font le bien en Afrique, de façon générale sont farouchement combattus et détruits mystiquement ou physiquement par les plus forts. C'est cette dure épreuve qu'une famille, devenue la proie d'intouchables sorciers, donc de criminels, va subir au long de l'oeuvre. « Une énigme, c'est ce qui est difficile à comprendre. Pourquoi en Afrique, on n'aime pas ceux qui font le bien. Pourquoi aime-t-on ceux qui font du mal gratuitement aux autres et aux innocents ? C'est la politique de la sorcellerie qui aveugle le Noir », a relevé Sam Obikoi, journaliste-collaborateur extérieur et correcteur dans des organes de presse.

Dominique FADEGNON

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

1 | 2