Côte d’Ivoire

Axe Abidjan-Noé : Voici les raisons de la grève des transporteurs


29/11/2018
Axe Abidjan-Noé : Voici les raisons de la grève des transporteurs
Sansan Ludovic Hien (en blanc) et Gogoua Marcel

Les usagers de l’axe Abidjan-Noé vivent un véritable calvaire depuis le mercredi 28 novembre 2018, date de l’entrée en grève des chauffeurs membres de la Mutuelle générale des chauffeurs professionnels de la Cedeao (Mugcp-Cedeao).

Les chauffeurs membres de la Mutuelle générale des chauffeurs professionnels de la Cedeao sont en grève depuis le mercredi 28 novembre 2018. Ces grévistes demandent des comptes à leurs responsables, eux-mêmes divisés dans la gestion de ladite mutuelle. « Il y avait des dissensions entre nous, le bureau de la mutuelle pour un problème de gestion. On a demandé des comptes, en vain. », a expliqué, le jeudi 29 novembre 2018, le secrétaire général adjoint de la Mugcp-Cedeao, Gogoua Marcel, dans les locaux de Linfodrome.

Le Sg adjoint de ladite mutuelle a dit pourquoi le responsable de service transport à Koumassi, Sansan Ludovic Hien, est intervenu dans cette affaire. « Puisque nous vendions nos tickets ici à Koumassi, M. Sansan Ludovic a eu écho de nos palabres et il nous a appelés. Nous nous sommes expliqués et il a demandé de nous réconcilier. Ceux de Koumassi ont dit qu’ils garderaient notre recette et qu’après les palabres, ils nous donneraient. Nous avons tenu plusieurs réunions pour avoir notre argent. Une partie du bureau gère les recettes, mais l’autre n’est pas impliquée dedans. »

Pour avoir été cité dans cette affaire dans la presse, le responsable du service transport de Koumassi, Sansan Ludovic Hien, également présent dans nos locaux a fait des précisions. « J’ai été cité comme responsable de cette grève qui se déroule actuellement. Je ne me reconnais pas dans cette grève. Ce que je sais, c’est un problème entre les mutualistes (Mugcp-Cedeao) dont le siège se trouverait à Treichville, qui font la ligne Abidjan-Noé. Ce sont les chauffeurs qui demandent des comptes à leurs responsables. », a-t-il dit avant de faire d’autres éclairages sur l’argent des mutualistes qu’il aurait confisqué : « Cette décision a été prise parce qu’un article paru dans la presse a fait état de ce que moi, je prends l’argent des mutualistes (Mugcp-Cedeao). Comme ils sont en palabre, on ne sait pas si ceux qui prennent habituellement l’argent font croire aux autres que moi, je prends l’argent. J’ai appelé les deux groupes protagonistes et je leur ai dit qu’il y a un groupe qui prend l’argent et qui fait croire que c’est moi Sansan qui le fait. Donc on a pris la décision de mettre sous scellé leur argent jusqu’à ce qu’ils s’entendent. Le ticket en question se vent au grand carrefour de Koumassi. »

Et Sansan d’ajouter qu’en tant que responsable du service transport de Koumassi, il lui revient de maintenir l’ordre dans sa zone de compétence « pour éviter que les chauffeurs qui sont en train de rouler, qui ne sont pas de cette mutuelle, puissent faire leur travail…Sinon, il n’y a pas de ticket bis. Ce n’est pas une affaire de ticket qui est à la base de leur grève.»

Pour terminer, le responsable du service de transport de Koumassi répéter que cette grève ne concerne pas sa zone de compétence, mais les mutualistes (Mugcp-Cedeao). Il a toutefois recommandé la voie du dialogue au deux groupes protagonistes. « Je ne sais pas ce qui se passe, je ne suis pas de la mutuelle. Vraiment qu’ils arrêtent de citer les noms des gens pour rien. Moi, je leur demande de s’entendre pour que le travail reprenne. De toutes les façons, ils ont toujours fait des palabres entre eux, mais vers la fin, ils se sont toujours entendus. Il ne faudrait pas que leur palabre pénalise la population »

Au moment où ces deux responsables s’expliquaient dans nos locaux, les négociations se poursuivaient au haut conseil des entreprises des transports routiers de Côte d’Ivoire. En principe, après cette rencontre, les chauffeurs devraient reprendre la direction de leur véhicule, ce vendredi 30 novembre 2018. Pour le bonheur des usagers.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome