Côte d'Ivoire

Grève annoncée par la COSEFCI : Les ‘’Mères indignées’’ n’en veulent pas, ce qu’elles demandent aux enseignants

Mme Honorine Assoa (présidente des ‘’Mères indignées’’) « Ressaisissez-vous et levez votre mot de grève »
27/01/2020
Grève annoncée par la COSEFCI : Les ‘’Mères indignées’’ n’en veulent pas, ce qu’elles demandent aux enseignants
Mme Honorine Assoa, présidente des ''Mères indignées'' lors de sa déclaration

Dans une déclaration sur les antennes de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI), Mme Honorine Assoa, la présidente des ‘’Mères indignées’’ de Côte d’Ivoire qui regroupe des parents d’élèves, appelle les membres de la Coalition du secteur éducateur formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI) à l’apaisement et au dialogue pour sauver l’école ivoirienne.

Si tout se passe comme prévu, la Coalition du secteur éducation formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI), entrera en grève ce mardi 28 janvier 2020. Les membres de ladite coalition débrayent, selon eux, à cause de la non prise en compte de certaines de leurs revendications restées sans suite lors des récentes grèves, notamment celles de l’année dernière, relative à la revalorisation des indemnités de logement des instituteurs et professeurs du secondaire, la suppression des cours du mercredi dans le primaire, le relèvement au double de toutes les primes liées aux examens scolaires et la rémunération de la surveillance.

Mais les ‘’Mères indignées’’ de Côte d’Ivoire qui regroupe des parents d’élèves s’oppose catégoriquement à cette grève. Dans une déclaration sur les antennes de la RTI, Honorine Assoa, la présidente des Mères indignées l’a fait savoir. « Voici que nous apprenons par voie de presse, qu’un groupe de syndicats, au sein de la Cosefci, lance un mot d’ordre de grève. Quand on sait les violences occasionnées par ce genre de manifestations, il y a lieu de se tenir débout pour anticiper. A vous les parents, est-ce que nous allons toujours rester passifs devant des actes de sabotage de l’éducation et de la formation de nos enfants ? Devons-nous demeurer complices des individus qui ont chois chaque année d’hypothéquer le futur de nos enfants ? C’est-à-dire notre raison de vivre », a-t-elle déclaré.

Mme Honorine Assoa appelle les membres de la COSEFCI à renoncer à cette grève. « Nous disons, ça suffit, il faut que cela cesse. Le gouvernement vient de lancer un important programme de logements pour permettre à chaque enseignant d’être propriétaire. Alors, nous femmes, commerçantes sur les marchés, nous femmes rurales courbant l’échine dans les plantations, disons en chœur merci au gouvernement au moment où, au niveau de la communauté éducative, on s’attend à ce que celle-ci exprime sa reconnaissance envers les autorités, pour des actions d’amélioration des conditions de travail de nos enfants, grande est notre est notre surprise de constater que parmi les enseignants, certains montrent des signes d’insatisfaction. A ceux-là, nous ‘’Mères indignées’’, disons, ressaisissez-vous et levez votre mot d’ordre de grève ».

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome