Littérature / L’émancipation féminine au cœur du roman : Aurélie Ehoulé-Aka écrit pour les femmes battantes


20/09/2020
Littérature / L’émancipation féminine au cœur du roman : Aurélie Ehoulé-Aka écrit pour les femmes battantes
La femme battante passe sous la plume d'Aurélie Ahoulé Aka

L’image de la femme dans les œuvres romanesques en Afrique se limite au stéréotype de la femme au foyer et soumise. Une image que l’auteure Aurélie Ehoulé Aka veut changer à travers ses écrits dont elle a fait la dédicace le samedi 19 septembre 2020 au Lycée Technique d’Abidjan à Cocody.

,Jeune femme de 23 ans, Aurélie Ehoulé Aka s’est éprise de lecture par la force des choses dès son jeune âge. Une passion qui l’a poussé à être de l’autre côté du livre pour devenir écrivaine. Ainsi, elle offre quatre œuvres de l’esprit qui sont « Séductrice à tout prix », « Obsession 1 », « Obsession 2 » et « Comme par hasard ».

 Pour la statisticienne de formation vivant u pays de l'once Sam, ces livres sont une invitation à la femme à se battre pour atteindre ses objectifs. Elle doit pouvoir se prendre en charge toute seule. La romancière met en relief « des femmes fortes » qui ne se laissent pas abattre par les difficultés rencontrées dans la vie. Comme elle le dit « j’écris sur les femmes battantes ». Loin d’elle l’idée d’inciter la gente féminine à la rébellion mais plutôt les aider à extérioriser leurs sentiments, à s’affirmer en tant que femme voire s’émanciper. A part cela, les tâches ménagères ne sont pas à exclure de leur quotidien de femme.

 L’écrivaine, veut, à travers la fiction, partager des histoires qui sont pas totalement éloignées du vécu de chacun. Et comme tout passionné d’écriture et de lecture, elle a sensibilisé la jeunesse à s’adonner à ces deux activités intellectuelles. Pour cela, c’est dans un niveau de langue très fluide et accessible qu’elle fait voyager le lecteur. 

Face à la situation sociopolitique que vit la Côte d’Ivoire, l’auteure s’est exprimée. Encore, par le biais d’une œuvre qui attend un financement pour sa sortie.

Arsène Kouakou, directeur général de Gnk édition, maison éditrice des œuvres de Aurélie Ehoulé Aka, a fait remarquer à l’auditoire la raison de l’écriture. « On n’écrit pas pour gagner de l’argent mais pour transmettre des idées » a-t-il observé.

 

Alain Zadi

 

Alain Zadi

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2