Affichage publicitaire en Côte d'Ivoire: La Cafci dénonce la mesure du Csp de démanteler ses panneaux

Publié le
affichage-publicitaire-en-cote-d-ivoire-la-cafci-denonce-la-mesure-du-csp-de-demanteler-ses-panneaux Le président de la Chambre des afficheurs de Côte d'Ivoire n'est pas content. (Ph: DR)
Société

La Chambre des afficheurs de Côte d'Ivoire (Cafci) n'est pas contente. Surtout pas du Conseil supérieur de la publicité (Csp).

Une ire que le président de ladite Chambre, Mahama Coulibaly, justifie via un courriel à nous adresser, mercredi 10 juillet 2019, pour dénoncer un communiqué du Csp, ''en porte à faux'' avec les engagements pris par les professionnels et acteurs institutionnels (Ageroute, District d'Abidjan, ministère de l'interieur, Csp) au cours de l'atelier organisé le 13 juin, et dont les résolutions sont les suivantes pour un assainissement durable: réduire les panneaux de 0 à 4 en fonction des feux et de la signalisation routière dans tous les carrefours du District; démanteler les panneaux des entreprises non autorisées à exercer l’activité d'affichage; reprendre la réorganisation des panneaux, conformément aux expériences réussies en 2013 sous la triple supervision du district, du ministère de l'intérieur du ministère de la communication. Ainsi que prévoir des mesures d'accompagnement aux entreprises qui seront sinistrées du fait de ces mesures, et d'accompagner les acteurs locaux par des facilités fiscales et financières pour la modernisation des dispositifs.

''Contre toute attente, le Csp adresse des courriers aux professionnels, menaçant de démanteler nos patrimoines publicitaires aux carrefours, sans tenir compte des résolutions du cadre légal que le ministre a lui-même mis en place'', s'est offusqué le président de la Cafci, non sans dénoncer, au nom des professionnels de l'affichage publicitaire, cette méthode. ''Nous prenons à témoin l'opinion nationale ainsi que les acteurs publics et privés, contre les abus éventuels du ministère de la communication'', a prévenu Mahama Coulibaly. Aussi, a-t-il prié le Csp, en sa qualité de premier responsable de la Cafci, à ne pas agir en dehors des règles, et de la loi, afin d'éviter une crise qui sera préjudiciable à tous. Avant d'inviter le ministère de la Communication et des Médias, à lui faire confiance dans les propositions faites, d'autant plus que la Chambre des afficheurs de Côte d'Ivoire est consciente de la nécessité de finaliser un assainissement durable et équitable, pour le bonheur des entreprises et l'image de la Côte d'Ivoire.

DIARRA Tiémoko