Journée météorologique mondiale 2021

Ressources naturelles : Un nombre important d'écosystèmes fragiles menacés en Côte d’Ivoire

Publié le
ressources-naturelles-un-nombre-important-d-ecosystemes-fragiles-menaces-en-cote-d-ivoire Jean-louis Moulot, Directeur général de la Sodexam a noté que des écosystèmes fragiles sont menacés.
Société

Un nombre important d'écosystèmes fragiles sont menacés en Côte d’Ivoire, souligne la Société d'exploitation de développement aéroportuaire aéronautique météo (Sodexam), ce lundi 22 mars 2021, dans une déclaration, à l’occasion de la commémoration de la Journée météorologique mondiale 2021.

Depuis 1961, la Journée météorologique mondiale est l’occasion de célébrer l’entrée en vigueur, le 23 mars 1950, de la Convention portant création de l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Le thème de l’année 2021 est «L’océan, le temps et le climat».

Ce thème vient souligner les efforts que déploie l’OMM depuis plus de soixante dix (70) ans pour mettre en évidence les liens qui unissent l’océan, le temps et le climat au sein du système Terre. Il correspond également au lancement de la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030), qui vise à encourager le lancement d’idées innovantes et transformatrices pour faire de l’océanographie une source d’informations à l’appui du développement durable.

La Sodexam en tant qu’autorité nationale de la Météo, agit en faveur d’une meilleure connaissance du climat en Côte d’Ivoire et œuvre aux côtés des structures étatiques compétentes à une meilleure appropriation des problématiques liées à la préservation des océans notamment. Le littoral ivoirien couvre une superficie de 23 253 km 2 soit 7% de la superficie de la Côte d'ivoire pour 566 km de long. A l’instar de la côte atlantique de l'Afrique, elle est riche en ressources naturelles, en biodiversité et en écosystèmes marins. Cependant, de nombreux facteurs naturels et humains tels que la pollution, le changement climatique ou la croissance démographique menacent un nombre important d'écosystèmes fragiles.

Ainsi, à travers ses équipes en charge de la météo marine, elle effectue des missions d’observations et de surveillance de l’océan, dont les résultats servent aux études océanographiques et participe à différentes initiatives à savoir l’adoption, en juin 2017, de la loi relative à l’aménagement, la protection et la gestion intégrée du littoral, l’existence de plusieurs institutions de formation et de recherche scientifique sur les océans et les zones côtières, la mise en place du plan POLLUMAR destiné à la lutte contre la pollution marine, l’existence du Programme National de Gestion de l’Environnement Côtier, enfin la mise en œuvre du Projet d’Investissement pour la Résilience des Zones Côtières Ouest-Africaines (WACA-ResIP) financé par la Banque mondiale sur la période 2018-2023, etc.

En outre, à travers la Convention relative à la coopération en matière de protection et de mise en valeur du milieu marin et des zones côtières de la côte atlantique de la région de l’Afrique de l’ouest.