Lutte contre les moustiques : L’Institut national de l’Hygiène publique lance la campagne de démoustication, tout sur les zones concernées

Publié le
lutte-contre-les-moustiques-l-institut-national-de-l-hygiene-publique-lance-la-campagne-de-demoustication-tout-sur-les-zones-concernees L'INHP déclare la guerre aux moustiques dans 7 zones du pays.
Société

Le ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle, à travers l'Institut national d'hygiène publique (INHP), a lancé ce samedi 29 mai 2021 à Abidjan-Cocody-Allabra, la campagne nationale de démoustication. Cette opération vise à aider les populations à se débarrasser des moustiques, source de nombreuses maladies telles que le paludisme, la dengue, et l’éléphantiasis.

Cocody-Allabra 1 et 2, Treichville, Aboisso, Adiaké, Jacqueville, Dabou. Ce sont les sept (07) zones concernées par l’opération de démoustication qui démarre ce 1er juin 2021. Initiée par l’INHP, la démoustication consiste à répertorier les lieux de reproduction des moustiques. Puis de les détruire. A cela, s’ajoute la sensibilisation des populations qui porte sur l’assèchement des flaques d’eau, le changement, tous les deux jours de l’eau des pots de fleur, la vidange de toutes les retenues après chaque pluie et une bonne fermeture des récipients de stockage d’eau. Point de départ de cette campagne les quartiers Allabra 1 et 2 d’Abidjan-Cocody où des équipes de l’INHP ont rencontré les populations à l’effet de leur expliquer le procédé.

Pour cette opération, les techniciens de l’INHP vont parcourir les artères des zones concernées pour éliminer les gites de moustiques, puis procéderont à la pulvérisation. « Il est important que chacun ouvre ses portes pour que le produit rentre dans les maisons. L’idéal, c’est que les résidents puissent laisser entrer les techniciens dans les maisons pour pulvériser. Le produit n’est pas dangereux. C’est comme les bombes aérosols. », a conseillé Mme Yao Anne, responsable de communication à l’INHP. Pour elle, la phase la plus importante, concerne l’élimination des gîtes de moustiques. « Les larves se multiplient dans les eaux stagnantes, par exemple dans les pneus usagés. Il ne faut jamais conserver de l'eau dans un seau à l'air libre chez soi, et jeter régulièrement l'eau des soucoupes des plantes vertes. », a fait savoir Mme Yao Anne. Une posture également adoptée par docteur Konan Kouassi Lambert, qui a expliqué les modes de reproduction des moustiques.

« Le moustique ne pond pas dans les eaux qui coulent. Il a besoin des eaux stagnantes pour se reproduire. Il peut se reproduire dans les pots de fleurs. Le moustique pond chaque deux jours. Pour pondre, il a besoin de sang. Il peut pondre entre 150 et 300 œufs. Le moustique devient adulte dans l’intervalle de sept à douze jours. Le moustique pique à la fois l’homme et les animaux. Il peut prendre les parasites des animaux pour les donner à l’homme. Le moustique aime les zones d’ombres. Il est responsable du paludisme, de la dengue, et de l’éléphantiasis. », a expliqué le docteur Konan Kouassi Lambert. Tout en jugeant impérieux d’assainir son cadre de vie pour casser la chaîne de reproduction des moustiques.

 

Maxime KOUADIO