Tension à la casse d’Abobo : « Ils ne méritent pas ce traitement », lance Touré Alpha Yaya

Publié le
tension-a-la-casse-d-abobo-ils-ne-meritent-pas-ce-traitement-lance-toure-alpha-yaya Touré Alpha Yaya
Société

Le député maire de la commune de Gbon Touré Alpha Yaya se prononce sur la tension qui a lieu ce jeudi matin entre les forces de l’ordre et les ferrailleurs de la commune d’Abobo.

Une tension entre les force de l’ordre et des ferrailleurs de la casse d’Abobo encore appelée ‘’Niger’’ a été signalée ce jeudi 24 février 2022. Des tirs de gaz lacrymogènes et autres armes de dissuasion ont été signalés au niveau de cette zone située à l’est du district d’Abidjan.

Ils ne méritent pas ce traitement

Touré Alpha Yaya, député et maire de la localité de Gbon, situé au nord de la Côte d’Ivoire s’est prononcé sur cette situation, tout en lançant un message.

« N’oublions pas le rôle qu’a joué les ferrailleurs d’Abobo pendant la crise de 2010. Ils ne méritent pas ce traitement, Cette crise pouvait être gérée autrement sans violence.. Si aujourd’hui existe c’est qu’il y’a eu hier et demain est un autre jour », a-t-il dit.

Des projets d’aménagement grandiose pour la casse

La « Casse » d'Abobo-Anador, qui regroupe des milliers de ferrailleurs, marchands de pièces détachées automobiles et garagistes, ne colle plus avec le paysage. La maire d'Abobo, Kandia Camara, nourrit des projets d'aménagement grandioses pour changer l'image de cette commune populeuse du nord d'Abidjan.

Piscine olympique, lycée d'excellence, CHU… Et les ferrailleurs installés dans le quartier d'Anador depuis vingt ans sont priés de quitter les lieux pour le quartier de N'dotré en bordure de la ville, et ce afin de laisser la place à un futur grand jardin et à un échangeur. Depuis le 4 janvier, ils ont interdiction d'ouvrir leur magasin. Une décision qui n’arrangent pas les ferrailleurs.

Il y a déjà un souci de capacité d'accueil au niveau de N'dotré

Pour l'Association des ferrailleurs de Côte d'Ivoire, au micro de Pierre Pinto de Rfi, ce ne sont pas 300 mais 4 000 magasins qu'il faut déménager. Bien plus que les 1 000 de N'dotré, déplore le président de l'association, Aboubacar Diallo.

« Il y a déjà un souci de capacité d'accueil au niveau de N'dotré. Ces magasins de N'dotré sont déjà totalement occupés aujourd'hui. Nous, nous sommes totalement dans l’impasse, parce que cela fait un mois et demi, deux mois, que nous ne travaillons pas. Donc c'est difficile pour nous de joindre les deux bouts. »