OIT/ Projet AGRIDOM : Gouvernance de la migration de la main d’œuvre l’Oit veut promouvoir le travail décent

Publié le
oit-projet-agridom-gouvernance-de-la-migration-de-la-main-d-oeuvre-l-oit-veut-promouvoir-le-travail-decent Marie Laure Dedoh Assirifix, coordinatrice nationale du projet AGRIDOM au bureau pays de l’OIT à Abidjan.
Société

AGRIDOM : un projet de l’OIT pour promouvoir le travail décent à travers le renforcement de la gouvernance de la migration de main d’œuvre dans les secteurs de l’agriculture et du travail domestique.

la Coopération Suisse, Le projet de « renforcement de la migration de main d’œuvre dans les secteurs de l’agriculture et du travail domestique (AGRIDOM) » mis en œuvre par le Bureau international du Travail (BIT), a organisé du 21 au 22 avril 2022 à Assinie.

 Un atelier de renforcement de capacités et de sensibilisation sur la gouvernance de la migration de la main d’œuvre avec un accent sur les Normes Internationales du Travail, le recrutement équitable et la protection sociale.

Les objectifs de cet atelier         

 Cet atelier à l’intention des mandants tripartites (gouvernement, et partenaires sociaux) et acteurs stratégiques des deux secteurs ciblés, vise à améliorer les connaissances des principales parties prenantes sur la gouvernance de la migration de main-d’œuvre.

Le projet AGRIDOM, couvrant la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et la Guinée, vise à optimiser le potentiel de développement des travailleurs y compris les travailleurs migrants dans les secteurs agricole et du travail domestique à travers une migration plus équitable

Pendant deux jours, les participants ont été outillés, entre autres, sur la dynamique de la migration de main-d’œuvre en Côte d’Ivoire et dans la zone de la CEDEAO, la pertinence des normes internationales du travail pour faire progresser la protection des droits des travailleurs migrants.

Les étapes clés et le processus d’élaboration des politiques de migration de main-d’œuvre, les arrangements institutionnels ainsi que la protection et la promotion des droits des travailleurs migrants. Cette première activité du projet a permis de développer les capacités des parties prenantes en Côte d’Ivoire, pour une gestion efficace du projet et l’atteinte des objectifs escomptés.

L’état des lieux sur la gouvernance de la migration de la main d’œuvre

D’autre part elle a permis de faire l’état des lieux sur la gouvernance de la migration de la main d’œuvre au niveau national afin de développer des synergies d’actions ». En 2017, près de 33% des migrant-e-s internationaux au sein de l’Afrique de l’Ouest se trouvaient en Côte d’Ivoire. Outre le secteur agricole, le commerce informel et les services, y compris le travail domestique, sont des sources importantes d’emplois pour les travailleur-euse-s migrant-e-s à destination de la Côte d’ivoire, dont 45% sont des femmes.

«  En 2017, près de 33% des migrant-e-s internationaux au sein de l’Afrique de l’Ouest se trouvaient en Côte d’Ivoire(…) dont 45% sont des femmes.

 Les participants ont relevé l’importance pour un pays comme la côte d’Ivoire, un pays de destination pour beaucoup de migrants de la sous-région, mais aussi pays d’origine de se doter d’une politique de migration de la main d’œuvre pour optimiser l’impact de la migration, mais aussi la protection des droits des travailleurs migrants à travers la ratification des conventions sur la migration.

Il faut souligner que ce projet a été financé par la Coopération Suisse, le projet AGRIDOM. Couvrant la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et la Guinée. Ce projet vise à optimiser le potentiel de développement des travailleurs y compris les travailleurs migrants dans les secteurs agricole et du travail domestique.

À travers une migration plus équitable et un meilleur accès à des opportunités de travail décent. AGRIDOM : un projet à trois objectifs immédiats  Marie Laure Dedoh Assirifix, coordinatrice nationale du projet AGRIDOM, met l’accent sur ses trois principaux objectifs.