Football/ Côte d’Ivoire

Emmanuel Eboué : « C’est dur, mon sourire n’est pas celui du vrai Eboué »

Publié le
emmanuel-eboue-c-est-dur-mon-sourire-n-est-pas-celui-du-vrai-eboue
Sport

Dans une interview accordée à Canal Plus, cette semaine, Emmanuel Eboué, suspendu pour un an par la FIFA, est revenu sur ses moments de galère et a promis de revenir en force après sa suspension.

En attendant la fin de sa suspension, en avril prochain, Emmanuel Eboué, l’ex-international latéral droit ivoirien qui a repris goût à la vie, raconte ses récents moments de galère et ses années fastes à Arsenal. Il a fait ces confidences à Canal Plus : « C’est très dur. Même mon sourire n’est pas celui du vrai Eboué que les gens connaissent. Mais j’essaie toujours de donner le change, de montrer que ça va bien. Mais ce n’est pas facile. Pour certaines personnes, Emmanuel est fini. Mais je veux leur montrer qu’il n’est pas fini. C’est très dur franchement », a-t-il révélé d’entrée de jeu.

Emmanuel Eboué a aussi raconté ses années de gloire à Arsenal, sous Arsène Wenger : «  A mon arrivée de Belgique (ndlr : Beveren), j’étais un peu éparpillé, mais grâce à Wenger, j’ai su garder la tête froide. C’est un grand entraîneur, il a aidé beaucoup de joueurs. Il est comme un père de famille pour de nombreux joueurs. Il passe beaucoup de temps avec les joueurs. Peu importe si vous jouez et si vous gagnez, il est toujours à l’écoute. Jamais, il ne crie sur les joueurs. Jamais, jamais. Franchement, c’est un grand entraîneur. Dans un grand club comme Arsenal, je n’ai jamais ressenti la pression. Car Arsène Wenger répétait sans cesse de profiter du moment, de prendre du plaisir sur le terrain. Avec les fans, nous avions des relations familières. Je voulais les rendre heureux, alors je faisais parfois des blagues. Je dansais par exemple, j’étais toujours dispo quand on avait besoin de moi. J’étais toujours là pour les rencontrer. J’allais vers eux pour signer des autographes, répondre à leurs questions. Avec les fans, nous faisions partie de la même famille », a-t-il raconté avec un brin de nostalgie.

Lire aussi cet article: Emmanuel Eboué: Les supporters d'Arsenal l'ont hué

A la fin de son contrat avec le club turc de Galatasaray, il est revenu en Angleterre, grâce à Sam Allardyce, l’ex-entraineur de Sunderland : « Je n’oublierai jamais cet entraineur car il m’a donné une seconde chance. Il savait que je n’avais pas joué depuis 18 mois, mais il m’a téléphoné. Il m’a dit : « Fils, je connais ton potentiel. Je sais que tu n’as pas joué depuis longtemps, mais je te connais. Viens, je vais te donner une autre chance ». J’ai quitté la Turquie et j’ai rejoins Sunderland », explique Eboué.

Mais l’euphorie de cette seconde chance n’a pas duré longtemps. Après seulement 22 jours à Sunderland, la nouvelle est tombée comme un couperet: « Ils m’ont convoqué dans leur bureau pour m’expliquer que la FIFA m’avait suspendu pour un an. Le problème vient de mon ancien agent qui a réclamé cette suspension. Sam Allardye était très déçu car il comptait sur moi. Moi aussi j’étais dégouté, révolté parce que j’étais prêt à tout donner pour lui et le club (…) J’ai perdu an. Si je ne joue pas, je n’ai aucun revenu. Alors laissez-moi jouer et quand j’aurai de l’argent, je pourrai payer ma dette à mon ancien agent », a indiqué Emmanuel Eboué.

Lire aussi cet article: L'ex-international ivoirien Emmanuel Eboué a voulu se suicider 

Afin d’être au top et reprendre en force, après sa suspension, Emmanuel Eboué bosse comme un forcené : « Même s’il fait froid, s’il pleut, je suis toujours dehors. Je bosse, je bosse, je bosse parce que je veux jouer à nouveau. Quand on est seul, ce n’est pas facile, mais il faut rester positif. Il faut prendre les choses du bon coté et il faut envisager l’avenir. Je veux aussi dire à mes supporters que je suis toujours Eboué. Je n’ai pas changé. Les clubs doivent savoir qu’Emmanuel est toujours Eboué. Je n’ai pas renoncé à jouer même sans compétition depuis longtemps, je suis prêt à refouler les terrains ». Ainsi soit-il.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.