Côte d'Ivoire

Agression de deux policiers ivoiriens par un Tunisien : Indignés, Serey Dié et Max Gradel réagissent et réclament justice

Serey Dié Geoffroy : « Je considère que c’est une humiliation »
Max Gradel : « Que la rigueur de la loi s’applique comme dans toute République Digne »
27/02/2020
Agression de deux policiers ivoiriens par un Tunisien : Indignés, Serey Dié et Max Gradel réagissent et réclament justice
Geoffroy Serey Dié et Max Alain Gradel condamnent avec la dernière énergie l'acte du ressortissant tunisien

L’humiliante scène d’agression de deux policiers en service par un ressortissant tunisien passe mal chez certains footballeurs professionnels ivoiriens, notamment Serey Dié Geoffroy et Max Alain Gradel. Tous les deux souhaitent que la loi s’applique au mis en cause.

La vague d’indignations suscitées par l’agression de deux policiers ivoiriens en service par un ressortissant tunisien, le mercredi 26 février 2020, a touché également certains footballeurs de la Côte d’Ivoire, et non des moindres. Geoffroy Serey Dié, ancien capitaine des Eléphants de Côte d’Ivoire, et son alter ego, Max Alain Gradel, ont réagi, via les réseaux sociaux.

Indigné, Serey Dié indique qu’il aurait défendu l’image de son pays, au prix de sa vie, si la scène s’était déroulée en sa présence. « Porter main à un homme en tenue, j’ai vraiment mal au cœur et je jure que si j’étais présent sur les lieux j’allais défendre l’image de mon pays au prix de ma vie car je considère que c’est une humiliation. Dans leurs pays, un simple regard suffit pour que tu sois suspect mais chez nous ils osent taper nos autorités ? ».

L’ancien capitaine des Eléphants de Côte d’Ivoire souhaite que le mis en cause subisse la rigueur de la loi. « J’espère que cela ne restera pas impuni car la Côte d’Ivoire n’est pas un refuge pour les Ivoiriens, c’est notre pays. Vous acceptez comme des frères ne vous donne pas le droit de vous croire au-dessus de nos lois, car si vous êtes riches nos valeurs ne sont pas à vendre »

De son côté, Max Alain Gradel estime que c’est tout le peuple ivoirien qui est humilié. « Humilier La Police l’un des symbolises d’une république, c’est humilier tout un peuple toute une nation ».

Et comme Serey Dié, il souhaite que la loi soit appliquée. « Que la rigueur de la loi s’applique comme dans toute République Digne. Je suis certain que nos autorités judiciaires se sont déjà saisies de ce dossier, il y va de l’honneur de toute une nation ».

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome