1 mort, plusieurs blessés

Issia , Région du Haut-Sassandra / Grande insécurité : Des hommes armés attaquent 4 villages


11/09/2013
Les Frci sont suspectées d’être les auteurs des attaques à Issia
Une angoisse généralisée s’est emparée des populations des villages de l’axe Daloa-Issia.

Il s’agit, notamment, de Gogouahué, Dohan, Brokoua, Tassogohué Tchebleguhé, Broguedia, Boguedia, Tassrigoguhé. Au centre, plusieurs attaques menées, nuitamment, par des hommes puissamment armés. Aujourd’hui, les populations sont sur les dents et vivent la peur au ventre, dans la hantise des descentes de ces bandits armés non encore formellement identifiés.

Mais, dans cette zone, on ne se fait aucunement d’illusions quant aux présumés auteurs de ces attaques sanglantes. Guédy Zadi, dit Leblanc, notable du village de Dohan, qui nous a joint avant-hier lundi 9 septembre 2013, soutient que des hommes en treillis qui érigent, une fois la nuit tombée, les barrages sur l’axe Issia-Daloa, à la hauteur du village de Broboguhué, sont derrière ces attaques ». Le village de Dohan, justement, situé à 10 km d’Issia, a été la cible de ces « assaillants sans visage », tard dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 septembre 2013.

Selon des témoignages que nous rapporte M.G.B. de radio-Issia, « il est environ 3 h du matin quand le commando arrive dans le village endormi. Pour tuer toute résistance ou velléité d’opposition, les éléments de cette bande lâchent des rafales de kalachnikov en l’air, avant de foncer, tout droit, sur la boutique d’Ahmed Diallo, un commerçant mauritano-guinéen de 24 ans qui semblait être leur objectif. Lorsqu’ils défoncent la porte, ils ne lui laissent aucune chance, le criblant de balles ».

Ensuite, indique notre source, ils s’emparent alors de la caisse et disparaissent dans le noir. Mortellement atteint et gisant dans une marre de sans, le corps d’Ahmed Diallo est découvert le matin par les habitants du village. Quel peut être le mobile de ce crime ? S’agit-il d’un règlement de compte ou alors d’un vol simple ? On se perd en conjectures. Mais, deux jours plus tard, ce sont 3 autres villages dans lesquels, « ils ont fait plusieurs blessés par balles et emporté d’importants biens » qui sont les cibles de ces hommes armés, ajoute notre source. En août 2013, ce sont, selon notre interlocuteur, « plusieurs attaques à l’arme de guerre qui ont été perpétrées par ces hommes en treillis ».

Aujourd’hui, les nuits, dans les bourgs de cette zone se suivent et se ressemblent. Ces bandes armées qui sévissent, n’hésitent pas à ouvrir le feu et à commettre l’irréparable. Les autorités sécuritaires, politiques et administratives de la ville d’Issia sont saisies. Les populations disent attendre des mesures vigoureuses pour mettre un terme à cette spirale de violences meurtrières dans le département.

Armand B. DEPEYLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuite

Armand B. Depeyla

|

  • SOURCE: Soir info

Videodrome