Côte d’Ivoire : Crise post-électorale

Chu de Cocody : Des ossements de plusieurs cadavres découverts


26/09/2013
C’est à croire que le pays est un cimetière à ciel ouvert…
La crise post-électorale, qui a fait, officiellement, « 3.000 morts » en Côte d’Ivoire, n’en finit pas de dévoiler sa face hideuse… Le jeudi 20 septembre 2013, alors qu’ils tondaient le gazon dans l’enceinte du Centre hospitalier universitaire de Cocody (Chu), des jardiniers ont fait une découverte pour le moins macabre que saisissante.

Des ossements humains qui pourraient, en l’occurrence, provenir d’une fosse commune, selon notre source… La police et les médecins légistes, sous l’autorité du procureur de la république, Richard Adou-Christophe, cherchent à expliquer cet état de fait. Dr Yao Koffi Baudelaire et Mme Hélène Etté, tous deux médecins légistes, ont confirmé, à la police, « qu’il s’agit bel et bien d’ossements humains » qui ont été découverts, sans en dire davantage.

Au vu des différents restes humains exhumés le 24 septembre 2013, en présence des éléments de la cellule d’enquête chargée de la crise post-électorale, « il semble pour l’instant qu’au moins 12 personnes aient été enterrées à cet endroit du Chu de Cocody », soutient encore notre interlocuteur. Il pourrait bien s’agir de jeunes combattants ou militaires qui se sont fait trucider. ''Leur âge pourrait osciller entre 20 et 30 ans'', ajoute encore notre source.

En effet, des travaux visant à donner un bel aspect au gazon de la cours du Chu sont en cours depuis quelque temps. Mais, ce jeudi 20 septembre 2013, la tonte va virer à l’effroi et à la stupeur. Les jardiniers ont aperçu au sol, affleurant la surface du gazon, des os qui ont tout de suite attiré leur attention. En y regardant de plus près, ils se sont rendu compte qu’ils s’agissait d’ossements humains. Leur souffle se « coupe ». C’est l’émoi, à la vue des bouts de crâne, de mâchoire, de tibia, de côtes, de bassin... Alerté, le directeur général du Chu se déplace sur les lieux, avant de saisir la police nationale.

Selon lui, « il a été informé de ce fait depuis le jeudi 20 septembre 2013 par les ouvriers chargés de tondre le gazon au sein du Chu », précisant que « ces ossements ensevelis dans la cour du Chu, sont apparus à la surface sous l’effet de l’érosion du fait des dernières pluies ». Cette découverte a été faite à quelques pas des locaux de l’Institut Pasteur, un haut lieu de recherche biomédicale.

Apparemment, les restes humains remontent à la crise post-électorale, opposant militaires pro-Gbagbo, miliciens, jeunes patriotes aux ex-Forces nouvelles devenues Forces républicaine de Côte d'Ivoire (Frci) proches du chef de l’Etat élu, Alassane Ouattara dont Laurent Gbagbo se refusait à reconnaître la victoire proclamée par le président de la commission électorale indépendante ( Cei), Youssouf Bakayoko. Il s’en est suivi des tueries massives entre les partisans des deux camps.

Des analyses sont en cours afin de déterminer l’âge et le sexe des victimes. Les médecins légistes ont effectué, sur place, les constatations d’usage avant de collecter tous les ossements.

Armand B. DEPEYLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Armand B. Depeyla

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

Videodrome