Poursuites de la CPI en Côte d'Ivoire

Affi N'guessan: "nous ne pouvons pas accepter que ceux qui ont déclenché la rébellion de 2002 restent en liberté"


26/03/2014
Pascal Affi N'guessan veut que la CPI équilibre les choses en travaillant à une justice équitable. Ph D.R
« En Côte d'Ivoire, le dialogue avait pour objectif de mettre fin à l'escalade et d’entrer dans une logique de décrispation. Et c’est pour cela que nous luttons pour la libération du président Laurent Gbagbo. […] Ce que nous constatons à l’heure actuelle, c’est que c’est le camp Gbagbo qui est victime de la justice des vainqueurs, aussi bien au plan national qu’au plan international. »

RFI : Vous dites que le transfèrement de Charles Blé Goudé est un cas de rupture. Mais pourquoi avez-vous accepté de dialoguer ces derniers mois avec un pouvoir qui avait déjà transféré Laurent Gbagbo à La Haye ?

Pascal Affi N'Guessan : Mais justement le dialogue avait pour objectif de mettre fin à cette escalade et d’entrer dans une logique de décrispation. C’est pour cela que nous luttons pour la libération du président Laurent Gbagbo parce que nous considérons que sa détention constitue un obstacle à toute réconciliation. Et ce transfèrement de monsieur Blé Goudé constitue un acte qui ne va pas dans le sens de la décrispation. C’est un acte qui vient renforcer la logique de la conflictualité. C’est un acte qui vient constituer même une injure à l’opinion nationale et internationale.

Mais si ce transfèrement de Blé Goudé ouvre la voie à celui de personnalités pro Ouattara, c’est ce que souhaite la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, est-ce qu’à ce moment-là vous ne réviserez pas votre jugement ?

Ce que nous constatons à l’heure actuelle, c’est que c’est le camp Gbagbo qui est victime de la justice des vainqueurs, aussi bien au plan national qu’au plan international. Au plan national, ce sont les pro-Gbagbo seuls qui sont arrêtés, qui sont pourchassés, qui sont détenus dans des conditions inhumaines, parfois en secret, qui n’ont aucun droit. Et la justice internationale vient renforcer cette justice des vainqueurs puisqu’à ce jour, il y a seulement le camp Gbagbo. Nous appelons les autorités de la Cour pénale internationale à agir dans le sens d’une justice équitable et impartiale.

Donc si demain des personnalités pro-Ouattara sont livrées à la CPI, vous changerez d’avis ?

Franchement cela impactera notre avis, mais cela ne signifie pas que cela va dans le sens de la réconciliation. Parce que la réconciliation pour nous consiste à sortir de la logique de la justice pénale. Ce n’est pas par la logique de la punition ou de la répression que nous pouvons amener les Ivoiriens à se retrouver. Donc si la CPI veut équilibrer les choses, il faut qu’elle travaille effectivement dans le sens d’une justice équitable parce que nous ne pouvons pas comprendre, nous ne pouvons pas accepter qu’à l’heure actuelle, ceux mêmes qui ont déclenché la rébellion du 19 septembre 2002 restent en liberté alors que des rapports d’organisations internationales de défense des droits de l’homme et même d’une commission nationale d’enquête incriminent la plupart d’entre eux. Et nous attendons la CPI là-dessus.

Il y a une semaine, le 18 mars, quand vous avez annoncé une conférence de presse pour y lancer un appel au boycott du recensement de la population, la décision de transférer Charles Blé Goudé n’avait pas encore été prise. Quelle est la raison fondamentale de votre changement de ton ?

La raison fondamentale, c’est qu’il n’y a pas de volonté politique en Côte d’Ivoire pour amener le pays à la paix, à la stabilité, à la réconciliation. Cela fait plus d’un an que nous sommes dans les dialogues politiques avec le gouvernement. En un an, nous n’avons eu que neuf heures de discussions effectives et aucune décision concrète : pas de libération des prisonniers, mais les Ivoiriens sont toujours en exil, les Dozos sont toujours éparpillés sur l’ensemble du territoire et sèment la terreur dans les villages. Donc nous considérons que le gouvernement, non seulement n’a pas la volonté, mais il veut faire un passage en force en organisant un recensement général de la population et de l’habitat, alors que des centaines de milliers d’Ivoiriens sont encore refusés au Liberia. Des dizaines de milliers d’eux sont en exil au Ghana, au Togo et un peu partout en Afrique. C’est pour toutes ces raisons que nous avons décidé de sortir des négociations.

Les autorités promettent que les Ivoiriens exilés à l’étranger seront recensés grâce aux informations données par leur famille. Le recensement général de la population et de l’habitat, c’est un acte administratif pour savoir combien de personnes habitent dans votre pays. Est-ce que ce n’est pas un outil statistique indispensable au développement ?

C’est un outil statistique indispensable au développement certes. C’est pourquoi le gouvernement qui veut les mettre en œuvre doit réunir toutes les conditions de sa crédibilité, de son efficacité. Le boycott a une signification politique. Ce n’est pas le recensement en tant que tel qui est en jeu, mais les conditions dans lesquelles le gouvernement veut les mettre en œuvre.

En fait ce que vous voulez, ce sont ces États généraux de la République que vous réclamez depuis plusieurs mois ?

Ce que nous voulons, c’est la réconciliation nationale. La nécessité de réunir toutes les composantes de la nation pour qu’elle situe les responsabilités et qu’elle mette en œuvre les réformes politiques, les réformes au plan des différentes institutions, au plan de la Commission électorale indépendante. Comment faire en sorte que ce qui s’est passé ne se reproduise plus. C’est tout ce processus-là que nous voulons engager à travers les États généraux de la République. On peut les appeler comme on veut. Ce qui est important, c’est de garantir la non-répétition de ces évènements.

Lire la suite sur RFI

N.B: le titre est de la rédaction

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2