Procès de Gbagbo et Blé Goudé/ Sam l'Africain : « Je viens d'enlever un fardeau sur moi »

Le procès reprend le 9 mai
21/03/2016
L'audition de Sam l'Africain ( à g) s'est achevée, vendredi, avec les remerciements du juge Cuno Tarfusser( à dte)
Il était visiblement soulagé de se retirer, pour de bon, du prétoire, le vendredi 18 mars 2016, peu après 10h, heure d'Abidjan.

Quand le juge Cuno Tarfusser, qui préside le procès, l'invite à quitter le prétoire pour rentrer dans son pays, c'est un Sam l'Africain au visage radieux, qui lâche : « Je suis heureux de retourner dans mon pays ». Puis, il ramasse son échappe, l'enroule à son cou, avant de sortir de la salle. Mais avant, l'ex-membre de la galaxie patriotique a tenu à dire un dernier mot, au terme des deux semaines d'audition qu'il a subies. « Je suis très heureux et très fier d'être venu ici ; ça m'a permis d'enlever un fardeau sur moi », a-t-il soutenu, avant d'ajouter : « Tout le monde ne sera peut-être pas d'accord avec moi, mais j'ai voulu aider la Chambre à comprendre ce qui s'est passé. J'espère que ça permettre à la Côte d'Ivoire de se réconcilier ». Pour ce dernier round de son audition devant la Cour pénale internationale (Cpi), Sam Jichi Mohamed alias Sam l'Africain, a été de nouveau bousculé quelque peu par le procureur, Eric Macdonald. Il est vrai, le témoin n'a pas été cuisiné comme lors des audiences précédentes. Toutefois, l'adjoint de Fatou Bensouda l'a relancé au sujet d'une déclaration qu'il avait faite le mercredi précédent, alors qu'il était interrogé par un avocat de la défense. « Vous aviez dit : « Gbagbo est venu pour assister à cette réunion et ce n'était pas bon. Je savais que ce n'était pas bon ». De quelle réunion s'agit-il ? », l'interroge le juge Macdonald. Visiblement agacé par cette question, Sam l'Africain rétorque : « Je ne sais pas de quelle réunion vous parlez. Vous, quand on parle de politique, vous résumez tout en réunion ». Sur insistance de son vis-à-vis, qui veut l'amener à en dire davantage sur cette fameuse réunion, le témoin lâche : « Je ne sais pas si ça été mal formulé, je ne sais pas à quel moment j'ai dit ça ». Puis il revient sur cette préoccupation du procureur, avec pour souci de botter en touche cette question : « Je crois qu'on ne se comprend pas, car je n'ai pas dit ça ici ». Mais, accrocheur, Macdonald revient à la charge : « Je vous lis ce qui a été transcrit le mercredi dernier ». Pour toute réaction, Sam l'Africain répond : « Je suis d'accord que tout est enregistré mais les gens ont dû faire une erreur de frappe ». Devant ce mano a mano, l'ex-chef de l’État, échappe blanche autour du cou, fait la moue. De guerre lasse, le procureur s'en tient à ce que soutient le témoin, avant de le remercier pour sa coopération et lui souhaiter bon retour dans son pays. Invité à soumettre à son tour Sam l'Africain, aux dernières « rafales » de questions, la défense de Blé Goudé, par la voix de Me Claver N'dri, s'en est abstenue. Prenant à son tour la parole, Cuno Tarfusser, adresse les remerciements de la Cour au témoin tout en reconnaissant que son passage au prétoire ne fut pas de tout repos. « J'imagine que réserver toute la journée pour répondre aux questions n'a pas été facile », a-t-il admis, avant de lever la séance.


Les aveux du juge-président Cuno Tarfusser

Avant de lever la séance, le juge Tarfusser a indiqué que le procès va marquer un coup d'arrêt à compter de ce vendredi 18 mars pour reprendre le 9 mai 2016. Durant tout le mois d'avril, point donc de procès Gbagbo et Blé Goudé. La raison : des problèmes d'argent auxquels la Cpi est confrontée et qui l'empêchent de mener trois procès en même temps. Le juge Tarfusser a en effet indiqué que ce tribunal est sur trois fronts depuis quelque temps. C'est donc pour gérer les ressources financières mises à sa disposition qu'il va marquer une pause dans le procès Gbagbo et Blé Goudé, le temps de permettre à deux autres procès de se dérouler. « Le système est dû aux contraintes financières qui pèsent sur la Cour », a avoué celui qui dirige le dossier ivoirien à la Cpi. Cela dit, il a indiqué que les choses sérieuses reprendront le 9 mai 2016. Puis il a déroulé le calendrier des audiences à venir, sans dire un mot des témoins éventuels qui succéderont à Sam l'Africain. On sait ainsi que des audiences sont programmées les 9, 10 et 11 mai et « peut-être dans la matinée du 12 mai », a ajouté le juge Tarfusser. Puis du 16 au 20 mai et du 23 au 27 mai. Le mois de juin également sera rythmé par le procès : du 6 au 10 juin, puis du 13 au 17 juin, ensuite du 25 juin au 1er juillet. Il y aura à nouveau des audiences les 6, 7 et 8 juillet et du 11 au 14 juillet.

Assane NIADA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Assane Niada

|

  • SOURCE: Soir info

Videodrome