Vagues d’arrestations dans l’armée: Un colonel convoqué au tribunal militaire


04/07/2012
Ange-Kessy Kouamé devrait tirer les vers du nez du colonel Koffi N’Dri à qui l’on attribue les dernières arrestations dans les rangs des Frci.
Le colonel Koffi N’Dri, a qui une source proche de l’Etat-major des Forces républicaine de Côte d’Ivoire ( Frci), attribue les multiples arrestations opérées ces dernières semaines dans les rangs de la « grande muette » est convoqué ce mercredi matin 04 juillet 2012 devant le Parquet militaire sis au 17 éme étage de la Tour B étage « pour des explications ».

Nous tenons cette information d’une source proche de l’Etat-major des Frci. « Ordre a été donné par la hiérarchie au procureur militaire, Ange Kessy Kouamé, de convoquer le colonel Koffi N’Dri qui s’est permis de mettre aux arrêts des officiers et militaires du rang, en violation de la procédure », nous a dit cet officier sous le couvert de l’anonymat. Le colonel Koffi N’Dri est le patron du Bureau protection sécurité défense (Bpsd), un service en charge des renseignements militaires. Il serait donc le commanditaire des arrestations d’au moins une dizaine de militaires, dont le commandant Agnimel Cedrac, chef du service informatique du Gatl, un officier de la marine nationale section Fumaco, ainsi que des soldats du rang, notamment du Gatl et du 2éme bataillon de Daloa.

Ils ont tous été écroués « pour nécessité d’enquête à l’Etat-major ». Certains y sont détenus depuis une semaine et d’autres deux semaines sans être présentés, ni à un juge, ni aux enquêteurs de la section recherche de la gendarmerie. Cet état de fait n’est pas sans outrer des magistrats militaires qui voient ainsi leurs prérogatives foulées aux pieds et le droit de ces détenus bafoué. « La Côte d’Ivoire est un état de droit. Le commissaire du gouvernement n’a pas du tout apprécié que des militaires soient mis aux arrêts par des personnes autres que des éléments de la gendarmerie et les détenir en dehors de toute procédure judicaire. La Côte d’Ivoire est un état de droit, je le répète et nous devons veiller à ce que, tout ce que nous faisons respecte la loi », s’est emporté un substitut du procurer militaire qui a confirmé la « convocation du colonel Koffi N’Dri ».

A moins que ces militaires ne soient écroués pour des raisons « d’indiscipline » qui échappe totalement à la compétence du Tribunal militaire, ce substitut du procureur militaire a dénoncé ces arrestations qui se sont faites dans le dos de la Dst et de la section recherche de la gendarmerie nationale, soulignant qu’ils ne sont pas détenus à la Maison d’arrêt militaire d’Abidjan ( Mama). Le commissaire du gouvernement, Ange-Bernard Kessy Kouamé, que nous avons joint hier s’est refusé à toute déclaration, faisant valoir son droit de réserve.

En milieu d’après-midi, ces militaires mis aux arrêts auraient, selon notre source, été remis à la gendarmerie. Nos tentatives pour les localiser sont restées veines. On devrait en savoir davantage dans les prochains jours sur les motifs réels de leur privation de liberté depuis quelques semaines. Il souffle sur la Côte d’Ivoire, un vent de déstabilisation et l’arrestation, il y a quelques semaines, de Lida Kouassi, ancien ministre d’Etat de Laurent Gbagbo, au Togo fait enfler davantage la rumeur. Cette vague d’arrestation opérée par le Bpsd peut avoir un lien avec ces rumeurs de déstabilisation du régime Ouattara.

Armand B. DEPEYLA


Armand B. Depeyla

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2