Après la publication de la liste de la nouvelle Cei, Mamadou Koulibaly révolté : « Ouattara ne va pas lâcher le pouvoir »


28/09/2019
Après la publication de la liste de la nouvelle Cei, Mamadou Koulibaly révolté : « Ouattara ne va pas lâcher le pouvoir »
L'ancien président de l'Assemblée nationale et fondateur de Liberté et démocratie pour la République (Lider) s'est déchaîné contre le chef de l'Etat.

Dans son émission web dénommée « Jeudi, c’est Koulibaly », l’ancien président de l’Assemblée nationale et fondateur de Liberté et démocratie pour la République (Lider) s’est déchaîné contre le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, qui a divulgué la liste des membres de la nouvelle Commission électorale indépendante (Cei).

J’aimerai revenir sur un dossier à répétition parce que vraiment, il est important qu’en Côte d’Ivoire nous comprenions l’enjeu des élections de 2020. J’aimerai revenir là dessus parce que là, cette semaine vous avez vu, le président Ouattara a, malgré les complaintes, malgré les réprobations des populations ivoiriennes exprimées par ceux qui ne sont pas d’accord avec la Commission électorale indépendante (Cei), il a installé, il a nommé ces gens à la Cei. Sans surprise, sur 15 membres, il y en a 12 qui sont des hommes de Ouattara, des alliés de Ouattara ou en tout cas des gens qui y sont pour travailler dans l’intérêt de Ouattara. J’aimerai bien que chacun de nous comprenne que M. Ouattara sera candidat à la présidence de la République en 2020.

Quelqu’un qui construit de nouveaux palais, qui fait des extensions de palais, qui a nommé sa direction de campagne avec une extension d’ailleurs à tout les directeurs de cabinet, qui commence à faire des visites d’État dans son propre pays, qui mobilise, ne peut pas le faire alors qu’il est à un an de la fin de son mandat constitutionnel. Il faut qu’on comprenne bien cela, Ouattara est candidat, il a sa Commission électorale. Maintenant ce que je répète, c’est que nous populations ivoiriennes, travaillions sur la liste électorale parce qu’en général, quand Ouattara fait quelque chose comme ça, tout le monde me dit : « c’est déjà fait, comment on peut revenir là-dessus ? On n’a qu’à prendre comme cela ». Le corps diplomatique dit la même chose. « Vous savez, à un an des élections, il faut quand même une commission électorale. Tout compte fait, il y a la société civile, il y a l’opposition. C’est déjà fait ».

Mais chaque fois qu’il fait, il est difficile de revenir là-dessus. Mais alors anticipons ! Faisons en sorte que ce qui va se faire, le soit dans l’intérêt de la Côte d’Ivoire et non dans l’intérêt de M. Ouattara seulement et de son clan. La liste électorale, c’est un enjeu important. Vous savez, M. Ouattara a été président de la République en 2010 sur une liste électorale qui faisait 5,7 millions de personnes. Sur les 5,7 millions, il y a 4,6 millions qui sont allés voter. Sur les 4,6 millions, Ouattara, Bédié et Soro, ils ont eu ensemble 2,4 millions environ. Et Bédié seul avait un million cent. Si vous enlevez le million cent de M. Bédié des 2,4 millions de M. Ouattara, il reste pour M. Ouattara 1,3 million. Il a été président avec 1,3 million de votants dans un pays où nous sommes 24-25 millions d’habitants. Ça s’était en 2010. En 2015, on fait un recensement électoral, la liste électorale prend 500.000 personnes, on n’arrive à 6,3 millions. Les votants, 3,1 millions. Donc le nombre de votants a diminué par rapport à 2010.

M. Ouattara, M. Bédié et Soro ensemble, ont 2,6 millions. Ouattara est candidat unique en 2015. Si vous enlevez le million cent de M. Bédié, Ouattara a été président avec 1,4 million. Vous vous rendez compte, en 2010, il est président avec 1,3 millions et en 2015, il est président avec 1,4 million. Et puis nous sommes nombreux en ville à attendre que ce monsieur fasse des transformations pour la société entière quand il sait que son pouvoir, il ne le doit qu’à 1,4 million sur 24-25 millions d’habitants. Pour 2020, l’avenir est ouvert. Moi je suis à votre disposition mais ce que je vous demande, ce que je nous demande, c’est de nous mobiliser maintenant pour être sur la liste électorale. Les gens qui vont avoir 20 ans, 19 ans, et 18 ans maintenant vont aller tous voter. Mais ils n’ont voté ni en 2010 ni en 2015. Et ceux-là, si on fait leur nombre aujourd’hui, ils sont plus de 4 millions d’habitants.

Appel à la mobilisation

Le recensement général de la population avait dit déjà en 2014, que les gens qui ont 18 ans et plus en Côte d’Ivoire sont un peu plus de 9 millions. Mais il y avait que 6 millions qui étaient sur la liste électorale. On s’en va en 2020, donc les 9 millions ont augmenté. Si on enlevé les morts, si on corrige les nouveaux qui entrent, notre liste électorale peut aller à 10 ou 11 millions de gens. Il y en a que 6 là-bas. S’il vous plaît, levons-nous dans les villages, les villes et les quartiers. Les jeunes-là, c’est votre avenir qui se joue. Vous avez 18 ans, vous allez voter, vous avez 19 ans, vous allez voter, vous avez 20 ans, vous allez voter mais ne restez pas là pour attendre que les autres le fassent à votre place. Est-ce que quand vous allez dans les maquis, dans les boîtes de nuit, dans les soirées dansantes, ce sont les autres qui choisissent votre musique, vos habillements, c’est vous-mêmes qui choisissez parce que ça vous plaît.

Mais là, c’est votre pays. C’est votre santé, c’est votre école, c’est votre avenir, c’est vos emplois, c’est vos investissements dans ce pays, c’est la réconciliation dans ce pays, c’est le progrès dans ce pays. Mais si vous êtes assis pour attendre un gouvernement, en perte de vitesse, qui ne peut mobiliser en profitant des funérailles de star, qui ne peut mobiliser en fermant les écoles pour pour les enfants et les administratifs aillent s’aligner pour applaudir, qui ne peut mobiliser qu’en nommant sa direction de campagne au gouvernement, qui ne peut mobiliser qu’en faisant toutes les manigances pour que le président Gbagbo reste encore là-bas, à Bruxelles, et ne rentre pas, qui ne peut mobiliser qu’en faisant des contorsions constitutionnelles qui vont amener quoi, le parrainage, qui vont amener quoi, l’élection présidentielle à un seul tour comme ça lui, avec son 1,3 million, s’il est devant et puis les autres là ont 1 millions 800.000, il est président quand même. Vous n’allez pas laisser faire ça ! Nous sommes 25 millions dans ce pays.

Les jeunes là, c’est votre avenir. Les vieux, c’est l’avenir de vos enfants. Les problèmes fonciers, les problèmes d’école, les problèmes de santé, les problèmes de transport, levez-vous ! Le monsieur est venu, il dit qu’il veut faire un seul mandat, c’est vrai, on l’a aidé, d’autres l’ont aidé. Il a dit il va faire 2è mandat, d’autres l’ont aidé, il a fait un 2è mandat. Mais là où on s’en va là, vous ne voyez pas qu’après 2 mandats, il n’est même plus capable de mobiliser ses propres gens pour faire quelque chose ? Il n’est plus capable. Mais la communauté internationale doit le savoir. On ne peut plus être président de la République en Côte d’Ivoire avec 1,4 million de voix sur 25 millions d’habitants. Non ! Vous devez dire non et vous levez pour aller sur la liste électorale pour forcer le gouvernement à ouvrir cette liste électorale pour que nous allions nous inscrire. Pour que nous décidions qui va être le président ici et que ce président gagne avec 5, 6 millions de gens sur 10 millions de votants.

Oui ! Enfin, c’est la Côte d’Ivoire quand même. Si vous vous mobilisez et que nous sommes nombreux sur cette liste électorale, mais sur les 10 millions de gens, moi j’aurai mes 4, 5 millions aussi. Nous avons la chance, en 2020, de prendre le contrôle de l’économie ivoirienne et de remettre de l’ordre en Côte d’Ivoire. Mais ça dépend de nous. En tout cas, moi je suis disponible, c’est à vous de décider à quel moment vous ferez confiance au programme de gouvernement que je vous propose depuis ces longues années. Je vous dis que ce type là ne va pas lâcher le pouvoir, il va tout faire pour continuer. Le moment est venu pour qu’ensemble, nous nous levions pour reprendre le flambeau de ce pays et puis le donner à ceux qui ont envie vraiment de faire avancer la Côte d’Ivoire. Non pas à un camp qui vient pour s’enrichir et se moquer de la population ivoirienne. Si vous pensez qu’il est l’heure de nous mobiliser, de nous lever pour avoir une liste électorale propre, il faut vous réveiller, c’est la Côte d’Ivoire.

 

Retranscrits par Christian TIONY

 

Videodrome