Situation socio-politique : Le dernier message que Gbagbo a envoyé à son parti

Lida Kouassi : « Il nous a dit de finir le projet de société et le programme de gouvernement.»
20/11/2019
Situation socio-politique : Le dernier message que Gbagbo a envoyé à son parti
L’ex-ministre de la Défense sous la refondation est chargé du projet de société de son parti.

Ceux des militants et sympathisants du Front populaire ivoirien (Fpi) de la région du Gôh qui concevaient encore des doutes sur le retour en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo, ont été suffisamment édifiés par Moïse Lida Kouassi. Et sans doute, le discours de l’ancien ministre de la Défense les a rassurés que le « temps de prison » de l’ex-chef d’État est effectivement « terminé ».

Lida Kouassi était, en fait, parrain d’un double événement, le samedi 16 novembre 2019 : l’investiture d’une section Fpi (Irrita, Krihiri 2) de la fédération Guigida et la finale du tournoi doté de la coupe « Laurent Gbagbo pour la dignité de l'Afrique ».  

L’ancien ministre, actuel vice-président chargé du projet de société au Fpi (pro-Gbagbo), ne s’est guère embarrassé de circonvolutions pour rapporter au public le « dernier message » que l’ex-chef d’État a passé à son parti dans la perspective des échéances électorales de 2020. « Je voudrais vous dire le dernier message qu’il nous a envoyés. Il nous a dit : finissez le projet de société et le programme de gouvernement avant le 15 janvier (2020). Ainsi, en février, on fera un congrès. Quelqu’un qui ne (re) vient pas ici, va-t-il parler ainsi ? Laurent Gbagbo revient très bientôt. Demeurons dans cette espérance, ayons cette conviction », a prononcé Lida Kouassi dont l’intervention a été reprise, en intégralité, par de nombreux internautes. « Laurent Gbagbo, et j’en ai la ferme conviction, parce qu’il me l’a communiqué, reviendra ici très bientôt et il sera président de la République de Côte d’Ivoire », a fait valoir l’ex-ministre d’État devant un public, sans surprise, enthousiaste.

L’ex-chef d’État, fondateur du Fpi, s’il a été acquitté en première instance de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale, vit à Bruxelles en Belgique sous le régime de la liberté conditionnelle. Moïse Lida Kouassi, son ancien ministre de la Défense, a pu échanger avec lui, fin mai 2019, dans la capitale belge. L’ex-député Fpi de Marcory, selon son expression, a eu « 5 heures d’entretien en tête-à-tête » avec son chef. Il croit savoir, aujourd’hui, que le « temps de prison » de Laurent Gbagbo est « terminé ».

Et même s’il arrivait que le prédécesseur d’Alassane Ouattara, condamné par la justice de son pays, foule le sol ivoirien, Lida Kouassi s’imagine mal que des personnes puissent l’arrêter. « Laurent Gbagbo a triomphé de toute la communauté internationale, son temps de prison est terminé. Il n’ira plus jamais en prison. Si Laurent Gbagbo revient ici, celui qui va l’arrêter pour l’amener au commissariat pour une heure de temps, n’est pas encore né (...) S’il y a quelqu’un ici qui prétend qu’il peut arrêter Laurent Gbagbo à son arrivée, c’est qu’il veut brûler la Côte d’Ivoire, c’est qu’il veut tourner le dos à la réconciliation nationale pour brûler la Côte d’Ivoire », a signifié le baron de l’ex-Refondation.

 « Gbagbo, seul et unique candidat ». Moïse Lida Kouassi a insisté sur le fait que Laurent Gbagbo, quoiqu’il advienne, sera le candidat du Fpi à l’élection présidentielle de 2020. « C’est Laurent Gbagbo ou rien. On n’a pas d’autre candidat. S’il y a des élections ici, il n’y a pas d’autre candidat. C’est Laurent Gbagbo, notre seul et unique candidat aux présidentielles. Qu’il soit venu ou qu’il ne soit pas venu, Laurent Gbagbo est notre candidat », a affirmé l’enseignant à la faculté des lettres et des sciences humaines de l`Université de Cocody-Abidjan. « On a vu en Tunisie quelqu’un qui était en prison être candidat. On l’a sorti de prison pour qu’il vienne battre campagne. C’est simple ! Kouamé N’Krumah était en prison quand il a été élu président, il est sorti de prison pour aller à la présidence. Nelson Mandela, 27 ans en prison, est sorti de prison pour aller à la présidence. Notre Mandela, Laurent Gbagbo est un super Mandela », a fait valoir le dirigeant socialiste.

Auparavant, Zéléhi Sérikpa Joachim, secrétaire national chargé de la région du Gôh, avait annoncé la couleur, dans une interpellation au parrain : « la population du Gôh vous dit qu’elle ne veut pas de plan B. En 2020, c’est Laurent Gbagbo, notre candidat. Et en 2020, c’est Laurent Gbagbo, notre futur président de la République. Ce n’est pas négociable ».

Le professeur Dédi Séri, vice-président du Fpi, président de la cérémonie, avait, lui, appelé les militants, à ne nourrir aucun complexe. « Ne craignez pas qu’on vous traite d’homme entêtés, de femmes entêtées », avait déclaré l’universitaire.

 

Kisselminan COULIBALY

 

 

1 | 2

Videodrome