Côte d’Ivoire : Crise Rhdp-Gps/ Voici comment Ouattara veut neutraliser Soro dans l’Indenié: un fils du Roi mis à contribution


01/06/2020
Côte d’Ivoire : Crise Rhdp-Gps/ Voici comment Ouattara veut neutraliser Soro dans l’Indenié: un fils du Roi mis à contribution
Pour neutraliser Guillaume Soro, Alassane Ouattara a misé sur l’homme de confiance de celui-ci, dans l’Indenié…

La guerre entre le chef de l’État, Alassane Ouattara et Guillaume Soro, président démissionnaire de l’Assemblée nationale a déplacé son curseur dans l’Indenié-Djuablin.

Dans l’Indenié, Guillaume Soro, candidat déclaré à la présidentielle de 2020, y avait la cote. Il tenait la « crête », auprès de sa Majesté Nanan Boa Kouassi III, 17è roi de l'Indénié. Adom Roger, fils du roi, est un très proche de Guillaume Soro. Il serait même membre de Générations et peuples solidaires (Gps), le parti de l’ancien président de l’Assemblée nationale.

En le nommant ministre, dans le gouvernement d’Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre et candidat du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix ( Rhdp), Alassane Ouattara a réalisé, à la fois, une belle prise et une importante opération politique. Il lui fallait une « main » dans cette zone très « sensible » dont il peut se servir pour neutraliser son allié d’hier, devenu aujourd’hui, son adversaire, Guillaume Kigbafory Soro.

Selon certaines «  grandes oreilles » à Abidjan, la nomination surprise d’Adom Roger à la tête du ministère de la Modernisation de l’administration et de l'Innovation du service public, s’inscrirait dans cette dynamique. Et, l’effet politique attendu ne s’est pas attendre, dans l’Indenié.

En attendant, bien sûr, les retombées, voire les dividendes politiques dans les urnes, au soir du 31 octobre 2020, l’on peut déjà affirmer que le président du Rhdp peut s’estimer satisfait. « Nous remercions le Président de la République pour l’honneur qu’il nous fait à travers la nomination d’un fils de l’Indénié à de hautes responsabilités de l’État. Le ministre Adom Roger n’appartient plus à la seule région de l’Indénié-Djuablin. Avec ses nouvelles fonctions, il est désormais au service de la nation tout entière ».

C’est en ces termes que Nanan Adjéi, porte-canne du roi Boa Kouassi III de l’Indénié, s’est exprimé à la cour royale, le 23 mai 2020, lors d’une cérémonie traditionnelle qui a réuni toutes les composantes de l’équipe dirigeante du royaume de l'Indenié-Djuablin.

Selon notre confrère «  Frat-Mat.info », présent sur place, «  Adom Roger s’est rendu au Palais royal pour annoncer la nouvelle à la royauté, mais aussi et surtout pour solliciter l’onction du roi de l’Indénié, son père et celle des mânes.

Couper la courroie de transmission...

Dans une ambiance dominée par un rituel culturel local, Nanan Boa Kouassi III ( géniteur du ministre) et sa Cour ont imploré le soutien des ancêtres pour aider le nouveau promu à réussir sa mission ». Il faut donc dire que la nomination du fils du Roi de l’Indenié, réputé proche de Guillaume Soro est loin d’être fortuit. Une belle orchestration politique…

L’enjeu, par dessus tout, est d’abord électoraliste et politique, avant d’être administratif… Cette nomination de Roger Adom, selon des observateurs, n’a d’objectif que de mettre à bas, voire casser l’influence et liens tissés par Guillaume Soro dans cette partie de la Côte d’Ivoire où le poids de la tradition qui implique la vénération des personnes investies des « pouvoirs divins » est tabou.

La parole et les recommandations d’un Roi ou d’un chef de canton, quelque soient leurs natures, sont couvertes d’une certaine sacralité. Elles ne sauraient donc être violées ou boycottées…

En misant sur le descendant direct du Roi Nanan Boa Kouassi III, Alassane Ouattara a réalisé une bonne «  pêche » politique. Ce d’autant plus que c’est Adon Roger qui servait de trait d’union entre Guillaume Soro et son père.

C’est lui, qui, le samedi 17 novembre 2018, a organisé une visite de «  courtoisie » de Guillaume Soro à la Cour royale de l’Idenié. L’ancien chef du parlement ivoirien, pompeusement reçu au son du tam-tam parleur, avait été baptisé «  Nanan Amoikon Dié II ». Tout un symbole.

« Je suis très content d’être ici. Quand je suis dans cette Cour, c’est ma qualité de Roi Nanan Amoikon Dié II qui prime... C’est pourquoi, à chaque fois, régulièrement, je suis ici, pour bénéficier de ses sages conseils.. Vous imaginez que le fils Sénoufo que je suis, a été fait Roi dans l’Indenié.

C’est un symbole très fort. Et, j’en suis très très heureux pour la Côte d’Ivoire et pour la paix »   avait déclaré le député de Ferké. Mais, très rapidement, Alassane Ouattara réalise qu’il lui faut, au plus vite, réduire l’influence du président de Génération et Peuple Solidaires ( Gps) et couper l’herbe sous les pieds de celui-ci. Le rouleau compresseur est déployé.

Le chef de l’État reçoit alors, le mardi 28 janvier 2020, à sa demande, sa Majesté Nanan Boa Kouassi III, Roi de l’Indénié, au Palais de la Présidence de la République accompagné des Chefs de canton et des membres de sa Cour. Adom Roger, son fils et actuel ministre était de cette rencontre…

A l’issue de la rencontre, il aura un tête à tête avec le ministre d’État, ministre Défense, Hamed Bakayoko. Par la suite, il se fera recevoir par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Cette rencontre avait eu lieu en présence du Vice-Président, M. Daniel Kablan Duncan, le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, des membres du Gouvernement et du Cabinet présidentiel.

Alassane Ouattara fait la promesse de construire à Abengourou une université, un Lycée de jeunes filles avec internat et surtout le bitumage de la route Abengourou-Aboisso. Mais, jusqu’à ce jour, ces promesses n’ont pas encore connu un début de commencement. Il n’empêche, les choses vont s’accélérer…

Une semaine après sa rencontre avec le chef de l’État, soit le 9 février 2020, le Roi de l’Indenié fait une déclaration, depuis sa Cour royale. « A quelques mois de l’élection présidentielle d’octobre 2020, nous invitons tous les acteurs de la scène politique à la mesure, au pardon, à l’entente et à l’esprit fair-play.

Qu’ils fassent en sorte que le peuple ivoirien sorte grandi de ces élections et que la paix soit retrouvée dans la concorde et la dignité », avait déclaré le monarque par la voix de son porte parole, Nanan Kouame Kouadio, chef du village de Zouhounou (Niablé).

Ce dernier a, en outre, invité les hommes politiques ivoiriens à bannir de leurs langages les mots et expression qui détruisent le vivre ensemble et à œuvrer plutôt dans le sens de la préservation de « la paix et de la cohésion sociale préalable à tout développement ».

Deux mois plus tard, son fils Adon Roger est appelé au gouvernement, en qualité de ministre de la Modernisation de l’administration et de l'Innovation du service public.

Armand B. DEPEYLA

Armand B. Depeyla

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

 

Videodrome