A la suite de l’annonce de la candidature d’Alassane Ouattara à la présidentielle 2020, Patrick Achi défend : « Ce n’est pas un 3ème mandat »


07/08/2020
A la suite de l’annonce de la candidature d’Alassane Ouattara à la présidentielle 2020, Patrick Achi défend : « Ce n’est pas un 3ème mandat »
Patrick Achi explique les raisons de la décision d'Alassane Ouattara de briguer un énième mandat.

Quelques instants après le discours du président Alassane Ouattara à la veille de la fête de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, Patrick Achi, ministre d'État, secrétaire général de la présidence, a justifié le choix du parti au pouvoir. C’était le jeudi 6 août 2020 sur les antennes de France 24.

Alassane Ouattara a pris la décision de briguer un 3ème mandat pour le compte du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Paix). Une décision prise après que plusieurs de ces militants l’ont sollicité pour prendre la place du candidat Amadou Gon, décédé. A propos de la notion de 3ème mandat, Patrick Achi est inflexible. Pour lui, « ce n’est pas un 3ème mandat, on est dans une autre République. Donc c’est 1er mandat »

D’emblée, Patrick Achi a révélé être de ceux-là, dans le parti, qui lui ont déconseillé de s’aventurer sur une telle voix. Cependant la réalité combinée à l’objectif de leur famille politique ont dicté une toute autre initiative. « Nous nous trouvons dans une situation où tous les acquis de plus d’une dizaine d’années d’efforts pour avoir pris un pays quasi K.O. pour l’amener dans une situation de performance reconnue aujourd’hui avec les perspectives déjà annoncées, on ne peut pas prendre de risques de perdre tout ça. Or, on se trouve aujourd’hui à 12 semaines d’une élection cruciale où on doit gagner à tout prix pour continuer à maintenir la paix, la sécurité et la stabilité nécessaire au développement de ce pays, pour la nation, les générations futures et pour toutes la sous-région » a-t-il argumenté.

En plus des acquis économiques et sociaux à préserver, le délai très serré pour former un nouveau poulain pour la compétition électorale ne permettait pas de choisir un autre candidat pour remplacer l’ex-Premier ministre, fait savoir le secrétaire général de la présidence. « Ayant perdu, nous, notre chef d’équipe qui est le candidat choisi pour le 31 octobre, on se trouve dans une situation où on ne peut prendre aucun risque. Trouver en quelque jour un candidat qui fasse consensus, trouver la légitimité pour gagner au large score au premier tour qui est l’objectif à atteindre, est quasiment impossible », a-t-il souligné avant de se rassurer que « nous croyons qu’avec son appui, son soutien, sa légitimité, les choses vont se passer dans les meilleures conditions ».

« J’ai décidé de ne pas être candidat en 2020 », a déclaré Alassane Ouattara, le 05 mars dernier, lors d’un discours devant les 352 parlementaires réunis en Congrès dans l’amphithéâtre de la Fondation Félix Houphouët-Boigny à Yamoussoukro. Une décision qu’il a reconsidérée pour confirmer ce jeudi 06 août 2020 sa candidature à la prochaine élection.

 

Alain Zadi (Stg)

Alain Zadi

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2