En fin de mission, la Cedeao désavoue l’opposition, le message qui parle en faveur du pouvoir d’Abidjan


19/10/2020
En fin de mission, la Cedeao désavoue l’opposition, le message qui parle en faveur du pouvoir d’Abidjan
La Cedeao donne son feu vert pour la présidentielle du 31 octobre 2020.

Fin de mission pour les diplomates de l’organisation ouest-africaine en Côte d’Ivoire. Après une première visite il y a une dizaine de jours, les diplomates de la Cedeao ont de nouveau tenté de résoudre le problème politique ivoirien qui parait inextricable. Retour sur quelques points des conclusions des diplomates de le Cedeao.

L’opposition qui souhaitait recevoir un avis favorable de la délégation ministérielle, conduite par la cheffe de la diplomatie ghanéenne Shirley Botchway, pour ses actions contre le troisième mandat du président de la République, Alassane Ouattara vient de recevoir une paire de gifle. Tant les conclusions au terme de la rencontre sont salées.

Alors que l’opposition pilotée par Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) annonce la mise en œuvre de la désobéissance civile. Laquelle désobéissance se traduit depuis quelques jours par l’entrave au convoyage et à la distribution de tout matériel électoral. Elle vient de recevoir un véritable coup de massue. En effet, Shirley Botchway, estime que ce procédé n’est pas conforme à la loi. Par conséquent, l’opposition devrait revoir sa stratégie.

« La Côte d’Ivoire doit demeurer un pays et rester une et indivisible après les élections. Les citoyens qui bloquent les rues et qui se saisissent du matériel électoral commettent des actes criminels. Nous sommes dans une démocratie et si le peuple veut s’exprimer, qu’il le fasse dans les urnes à travers son vote.», a laissé entendre la cheffe de la diplomatie de la Cedeao au terme de sa mission de médiation en Côte d’Ivoire.

La tension ne risque pas de tomber aussitôt, alors que des scènes de violences sont signalées ce lundi 19 octobre 2020 dans les localités de Bonoua, Dabou, Kotobi, M’Bahiakro. Le bilan partiel fait état de plusieurs blessés graves.

Après avoir dit qu'il ne se représenterait pas, Alassane Ouattara briguera finalement un troisième mandat, dont la légalité est contestée par les opposants. Plusieurs chefs de file de l'opposition, tels Guillaume Soro, Laurent Gbagbo, Albert Mabri Toikeusse, Mamadou Koulibaly, ont vu leurs candidatures rejetées par le Conseil constitutionnel. Depuis que le président Alassane Ouattara a confirmé le 06 août son intention de briguer un troisième mandat, des violences ont éclaté dans différentes villes du pays. Le bilan fait état d’une quinzaine de morts, principalement des jeunes hommes.

 

Maxime KOUADIO

Maxime KOUADIO

|

  • SOURCE: Linfodrome

Videodrome