Burkina Faso : Des tirs entendus dans plusieurs casernes militaires, situation toujours confuse

Publié le Modifié le
burkina-faso-des-tirs-entendus-dans-plusieurs-casernes-militaires-situation-toujours-confuse Des tirs ont été entendus dans plusieurs camps militaire au Burkina Faso
Afrique & Monde

Des tirs ont été entendus tôt ce vendredi matin dans plusieurs casernes militaires de Ouagadou, la capitale du Burkina Faso, alerte plusieurs médias locaux.

La situation est encore confuse à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, où des tirs nourris ont été entendus à plusieurs droits stratégique de la ville.

Des mouvements d'humeurs signalés  vers  4h 30

Selon plusieurs médias nationaux et internationaux, notamment Jeune Afrique, c'est vers 4h 30 mn, heure locale, ce vendredi 30 septembre 2022, que des tirs ont commencé à résonner dans Ouagadougou.

Selon des témoins, ils provenaient des environs de Kosyam, le palais présidentiel et du camp Baba Sy, le quartier général du président de la transition, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, et de ses hommes.

La Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) n’émet plus

Autour de ce camp, mais aussi à d’autres endroits stratégiques de la capitale, comme le rond-point des Nations unies, des militaires se sont parallèlement déployés, empêchant toutes allées et venues. La Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) n’émet plus.

Un coup d’État en téléchargement ?

Encore très tôt de répondre par l’affirmative, à en croire  Kalidou Sy; journaliste et correspondant de France 24 à Ouaga,  qui s’exprimait sur le plateau de France 24. « Ça peut être une revendication des militaires, un mouvement d’humeur pour des primes non payées, voudraient-ils simplement signaler leur mécontentement suite au traitement de leurs frères d’armes sur le terrain des opérations », a-t-il éclairé.

Des informations nous parvenant de la capitale burkinabè informe que le lieutenant-Colonel, Henri Damiba se porte bien et est actuellement en lieu sûr. Cet officier supérieur de l’armée est arrivé au pouvoir en janvier après un coup d’État militaire perpétrée sur le régime de l’ex-président Roch Marc Christian Kaboré.

Ce mouvement d'humeur d'homme armée intervient alors que le pays fait face depuis quelques années à des attaques terroristes dans plusieurs régions, notamment dans le nord et dans le centre du pays.