Bras de fer France‑Mali : La junte malienne prend de nouvelles mesures d’interdiction

Publié le Modifié le
bras-de-fer-france-mali-la-junte-malienne-prend-de-nouvelles-mesures-d-interdiction le gouvernement de la transition au Mali met fin met fin aux activités des ONG soutenues par l'État français sur son territoire
Afrique & Monde

Nouveau rebondissement dans l’affaire "bras de fer" entre la France et la junte malienne au pouvoir.  

La série d’interdiction continue entre les deux pays. Suite à l’annonce de la France portant  sur la suspension de son aide publique au développement à destination du Mali, la junte malienne au pouvoir a donné sa réplique.  Bamako annonce l’interdiction des activités des ONG soutenus par l’Etat français sur son territoire.

Tensions diplomatique

Selon la BBC, le gouvernement de transition du Mali a annoncé lundi soir avoir décidé d'interdire, avec effet immédiat, les activités menées par des organisations non gouvernementales (ONG) opérant dans le territoire malien avec un financement ou un soutien matériel et technique de la France. La décision prise par le chef du gouvernement malien concerne aussi les ONG opérant dans le domaine humanitaire.

Dans un communiqué publié par le ministère malien des Affaires étrangères, le colonel Abdoulaye Maïga, le Premier ministre par intérim, justifie cette décision par l'annonce récente, faite par la France, de suspendre son aide publique au développement destinée au Mali.

La mesure d'interdiction est décidée "avec effet immédiat, et concerne toutes les activités menées par les ONG opérant au Mali avec un financement ou avec l'appui matériel ou technique de la France, y compris dans le domaine humanitaire", affirme le communiqué, cité par la source.

" Le recours au groupe paramilitaire russe Wagner par les autorités maliennes cité dans l’affaire"

Le ministère français des Affaires étrangères avait invoqué le recours au groupe paramilitaire russe Wagner par les autorités maliennes, pour justifier la suspension de son aide publique au développement.

Les militaires au pouvoir ont nié avoir fait appel à cette société dont les agissements sont décriés dans plusieurs pays.

Cependant, Bamako parle d'instructeurs de l'armée russe déployés au nom d'une ancienne collaboration entre les deux pays.

Le colonel Abdoulaye Maïga dénonce dans son communiqué des "allégations fantaisistes" et un "subterfuge destiné à tromper et à manipuler l'opinion publique nationale et internationale aux fins de déstabilisation et d'isolement du Mali".

De son côté, la France a déclaré vouloir priver le Mali d'aide publique au développement en invoquant un "motif fallacieux", soutient le Premier ministre malien.

Selon Bamako, les autorités françaises ont pris cette mesure en guise de protestation contre "la coopération militaire" entre le Mali et la Russie. Paris a également parlé de "risques de détournement de cette aide", selon les autorités maliennes.

Outre l'interdiction des activités des ONG financées par la France, la junte malienne déclare avoir pris acte de l'annonce faite par la France, le 16 novembre 2022, de plusieurs mesures.

Faut‑il rappeler, la relation diplomatique entre les deux pays s’est dégradée depuis l’arrivé de la junte au pouvoir.