Burida : Les dessous des suspensions de leurs fonctions de Mme Irène Vieira et Séry Sylvain


17/07/2019
Burida : Les dessous des suspensions de leurs fonctions de Mme Irène Vieira et Séry Sylvain
Photo d'illustration

Mme Irène Assa Vieira, Directrice générale du Bureau ivoirien et du droit d’auteur (Burida) et Séry Sylvain PCA de cette même institution ont été suspendus de leurs fonctions ce mercredi 17 juillet par le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman « en raison des tensions persistantes au Burida qui mettent en péril la vie de la société, et suite à l’audit commandité par l’Inspection générale d’État (IGE) qui mettent en évidence de nombreuses faiblesses dans la gouvernance de la maison ».

Pourquoi les suspensions de Mme Irène Assa Vieira et de Sery Sylvain alors que même les résultats de l’audit n’ont pu jusque-là être dévoilés, pourrait-on se demander ? De fait, alors que tous attendaient impatiemment les résultats de cet audit payé à 53 millions F Cfa, Maurice Bandaman qui avait promis sa livraison mardi à la Bibliothèque nationale, se rétractera à la dernière minute accusant le PCA Séry Sylvain de n’avoir pas respecté sa consigne de commettre un huissier pour sa lecture. Sur place, Maurice Bandaman avait annoncé le report de cette livraison qu’il annonçait pourtant avoir eu l’autorisation de l’IGE de communiquer la synthèse.

À lire cet article : Burida : Pourquoi Maurice Bandaman n’a pas livré les résultats de l’audit, Séry Sylvain au banc des accusés  

En réalité, en refusant à la dernière minute de faire cette livraison, Maurice Bandaman se pliait ainsi aux injonctions du CACB de Fadal Dey qui lors d’une conférence de presse avant la rencontre du ministre de tutelle lançait un appel au boycott et avec pour préalable la lecture du rapport de l’audit par le cabinet Mazars. Conséquences, le groupe de Fadal Dey ayant boycotté la rencontre, le ministre n’a pu faire lecture du rapport de synthèse.

Et le Conseil des ministres tenu ce jour n’a probablement pas joué en faveur du ministre de la Culture et de la Francophonie qui la veille dévoilait son incapacité de mettre à la porte un DG ou un PCA dont la faute n’est pas établie. Les résultats de l’audit ont-ils établi la mauvaise gestion de Mme Irène Vieira et de Séry Sylvain ? Tout porte à le croire car probablement depuis le vendredi où il dit avoir reçu le rapport, il n’a pu avoir le temps de comprendre connaissance du document. « En raison des tensions persistantes au Burida qui mettent en péril la vie de la société, et suite à l’audit commandité par l’Inspection générale d’État (IGE) qui mettent en évidence de nombreuses faiblesses dans la gouvernance de la maison, le ministre de la Culture et de la Francophonie, en accord avec le Gouvernement, prend les mesures suivantes : monsieur Séry Sylvain et madame Irène Assa Vieira, respectivement président du Conseil d’administration et directrice générale sont suspendus de leurs fonctions », peut-on lire dans sa déclaration.

Lire aussi : Maurice Bandaman confie : « Depuis que nous avons pris la gestion du Burida avec Mme Vieira, nous sommes passés de 600 millions F Cfa de recettes à 3 milliards F Cfa »  

Décision aussi surprenante que le ministre de la Culture et de la Francophonie vantait il y a quelques mois pendant la même crise du Burida, les mérites de la directrice générale. « Depuis que nous avons pris la gestion du Burida avec Mme Vieira, nous sommes passés de 600 millions F Cfa de recettes à 3 milliards F Cfa », avait-il dit en présence d’A’Salfo et son groupe de réflexion qui lui présentait ce jour les résultats de leur travail. Saluant ce jour-là la variation positive de 347% du Burida en 8 ans, le ministre s’était également réjoui que le Burida figure aujourd’hui parmi les quatre plus grandes maisons d’Afrique après l’Afrique du Sud, l’Algérie et le Maroc.

À lire aussi cet article : Tension autour du Burida : Maurice Bandaman appelle au calme et annonce les dates des échéances électorales pour le renouvellement des instances  

Après leurs suspensions dont l’une des raisons principales est l’évidence de nombreuses faiblesses dans la gouvernance de la maison, Mme Irène Vieira et Séry sylvain pourront-ils être réintégrés s’il s’avérait que l’audit disait autre chose sur leur gestion ? Les résultats pourront-ils être encore dévoilés après qu’on ait trouvé les failles du système ? Difficile pour le moment de répondre à ces questions. Serges Akpatou, précédemment directeur juridique assure l’intérim de la DG quant le Conseil d’administration est lui invité à procéder à la désignation d’un nouveau président en son sein. 

 


Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Philip Kla

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome