Afrique

Showbiz : L’artiste chanteuse camerounaise blanche Bailly violentée et embarquée de force

Publié le
showbiz-l-artiste-chanteuse-camerounaise-blanche-bailly-violentee-et-embarquee-de-force
People

L’artiste chanteuse camerounaise Blanche Bailly a été arrêtée à son domicile, et ce, devant son garçonnet.

Le mardi 4 octobre 2022 l’artiste chanteuse camerounaise Blanche Bailly a été brutalisée et emmenée de force. Selon un direct qu’elle a posté sur sa page tweeter depuis chez elle, des agents de la police ont fait irruption chez la star pour l’emmener sans qu’elle n’en sache la raison sous les yeux de son petit garçon. Plusieurs internautes dont le rappeur ivoirien Didi B ont posté ces images alarmantes.

L'artiste enlevée devant son fils

Il faut savoir que Blanche Bailly était paisiblement chez elle, avec son fils Jaden sur les pieds, quand "les autorités" se sont présentées à elle. L’artiste a filmé toute la scène pour que tout le monde puisse voir sans déformer cette affaire. Surprise de voir la police chez elle, la star se met à parler « ça c’est incroyable, on vient chez quelqu’un, on vient l’enlever, j’espère que vous allez voir comment on m’enlève, comment la police m’enlève chez moi ». Elle affirme n’être coupable de rien pour mériter autant d’hostilité et surtout devant son enfant. Elle voulait seulement savoir de quoi on l’accusait mais la tension est très vite montée chez l’agent de police qui s’est mis à la tirer de force insensible aux larmes de l’enfant qui assistait à la scène.

L’un des agents de police bien visualisé dans la vidéo, tirait la chanteuse malgré les pleurs de l’enfant toujours agrippé à sa maman. Il est allé plus loin en demandant à ses collègues de détacher l’enfant sur un ton très agressif «enlevez l’enfant là » disait-il. Après plusieurs tentatives de résistance de Blanche Bailly, ils réussissent finalement à l’emmener contre son gré. 

Les raisons restent pour l’heure méconnues

Pendant le direct, les raisons n’ont pas été données et apparemment, la concernée ne savait pas pourquoi elle était arrêtée et traitée comme une délinquante sans présentation de document juridique qui indique qu’elle aurait commis un délit. Placée en garde à vue, cette affaire reste ouverte pour savoir ce dont elle est accusée.

Dolores Toualy (Stg)